L’Encyclopédie/1re édition/ALIMENT

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  ALIMENS

ALIMENT, s. m. (Physiolog.) est tout ce qui peut se dissoudre & se changer en chyle par le moyen de la liqueur stomachale & de la chaleur naturelle, pour être ensuite converti en sang, & servir à l’augmentation du corps ou à en réparer les pertes continuelles. Voyez Nourriture, Chyle, Sang, Nutrition, &c. Ce mot est Latin, & vient du verbe alere, nourrir.

Les premiers hommes ignoroient les vertus des viandes, des fruits, des plantes, des bêtes sauvages, de l’eau froide, &c. ils ont par conséquent dû faire bien des tentatives à leurs dépens. Tel aliment qui convient à un corps robuste, dérange, détruit un sujet foible & délicat : ce qui est sain dans un climat froid, ne l’est pas dans un pays chaud. Savoit-on tout cela autrefois ? On usoit de choses dangereuses parce qu’elles étoient inconnues, & cela arrive encore aux navigateurs dans les pays lointains. On sait que les soldats d’Antoine furent obligés en Assyrie de manger les racines qui se rencontroient ; il s’en trouva de venimeuses qui les firent tomber dans le délire, au rapport de Plutarque ; & Diodore de Sicile raconte que les Grecs à leur retour de l’expédition de Cyrus, se nourrirent pendant 24 heures du miel de la Colchide. Boerh. comment. (L)

Aliment du feu, pabulum ignis, signifie tout ce qui sert à nourrir le feu, comme le bois, les huiles, & en général toutes les matieres grasses & sulphureuses. Voyez Feu & Chaleur. (O)