L’Encyclopédie/1re édition/MACHINE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
MACHINISTE  ►

MACHINE, s. f. (Hydraul.) Dans un sens général signifie ce qui sert à augmenter & à regler les forces mouvantes, ou quelque instrument destiné à produire du mouvement de façon à épargner ou du tems dans l’exécution de cet effet, ou de la force dans la cause. Voyez Mouvement & Force.

Ce mot vient du grec μηχανή, machine, invention, art. Ainsi une machine consiste encore plûtôt dans l’art & dans l’invention que dans la force & dans la solidité des matériaux.

Les machines se divisent en simples & composées ; il y a six machines simples auxquelles toutes les autres machines peuvent se réduire, la balance & le levier, dont on ne fait qu’une seule espece, le treuil, la poulie, le plan incliné, le coin & la vis. Voyez Balance, Levier, &c. On pourroit même réduire ces six machines à trois, le levier, le plan incliné & le coin ; car le treuil & la poulie se rapportent au levier, & la vis au plan incliné & au levier. Quoi qu’il en soit, à ces six machines simples M. Varignon en ajoute une septieme qu’il appelle machine funiculaire, voyez Funiculaire.

Machine composée, c’est celle qui est en effet composée de plusieurs machines simples combinées ensemble.

Le nombre des machines composées est à-présent presqu’infini, & cependant les anciens semblent en quelque maniere avoir surpassé de beaucoup les modernes à cet égard ; car leurs machines de guerre, d’architecture, &c. telles qu’elles nous sont décrites, paroissent supérieures aux nôtres.

Il est vrai que par rapport aux machines de guerre, elles ont cessé d’être si nécessaires depuis l’invention de la poudre, par le moyen de laquelle on a fait en un moment ce que les béliers des anciens & leurs autres machines avoient bien de la peine à faire en plusieurs jours.

Les machines dont Archimede se servit pendant le siége de Syracuse, ont été fameuses dans l’antiquité ; cependant on révoque en doute aujourd’hui la plus grande partie de ce qu’on en raconte. Nous avons de très-grands recueils de machines anciennes & modernes, & parmi ces recueils, un des principaux est celui des machines approuvées par l’académie des Sciences, imprimé en 6 volumes in-4°. On peut aussi consulter les recueils de Ramelli, de Lupold, & celui des machines de Zabaglia, homme sans lettres, qui par son seul génie a excellé dans cette partie.

Machine architectonique est un assemblage de pieces de bois tellement disposées, qu’au moyen de cordes & de poulies un petit nombre d’hommes peut élever de grands fardeaux & les mettre en place, telles sont les grues, les crics, &c. Voyez Grue, Cric, &c.

On a de la peine à concevoir de quelles machines les anciens peuvent s’être servis pour avoir élevé des pierres aussi immenses que celles qu’on trouve dans quelques bâtimens anciens.

Lorsque les Espagnols firent la conquête du Pérou, ils furent surpris qu’un peuple qu’ils croyoient sauvage & ignorant, fût parvenu à élever des masses énormes, à bâtir des murailles dont les pierres n’étoient pas moindres que de dix piés en quarré, sans avoir d’autres moyens de charrier qu’à force de bras, en traînant leur charge, & sans avoir seulement l’art d’échaffauder ; pour y parvenir, ils n’avoient point d’autre méthode que de hausser la terre contre leur bâtiment à mesure qu’il s’élevoit, pour l’ôter après.

Machine hydraulique ou machine à eau, signifie ou bien une simple machine pour servir à conduire ou élever l’eau, telle qu’une écluse, une pompe, &c. ou bien un assemblage de plusieurs machines simples qui concourent ensemble à produire quelques effets hydrauliques, comme la machine de Marly. Dans cette machine le premier mobile est un bras de la riviere de Seine, lequel par son courant fait tourner plusieurs grandes roues qui menent des manivelles, & celles-ci des pistons qui élevent l’eau dans les pompes ; d’autres pistons la forcent à monter dans des canaux le long d’une montagne jusqu’à un réservoir pratiqué dans une tour de pierre fort élevée au-dessus du niveau de la riviere, & l’eau de ce reservoir est conduite à Versailles par le moyen d’un aqueduc. M. Weidler, professeur en Astronomie à Wirtemberg, a fait un traité des machines hydrauliques, dans lequel il calcule les forces qui font mouvoir la machine de Marly ; il les évalue à 1000594 livres, & il ajoute que cette machine éleve tous les jours 11700000 livres d’eau à la hauteur de 500 piés. M. Daniel Bernoully, dans son hydrodynamique, section 9. a publié différentes remarques sur les machines hydrauliques, & sur le dernier degré de perfection qu’on leur peut donner.

Les pompes de la Samaritaine & du pont Notre-Dame à Paris, sont aussi des machines hydrauliques. La premiere a été construite pour fournir de l’eau au jardin des Tuileries, & la seconde en fournit aux différens quartiers de la ville. On trouve dans l’ouvrage de M. Belidor, intitulé, architecture hydraulique, le calcul de la force de plusieurs machines de cette espece. Voyez la description de plusieurs de ces machines, au mot Hydraulique.

Les machines militaires des anciens étoient de trois especes : les premieres servoient à lancer des fleches, comme le scorpion ; des pierres ou des javelines, comme la catapulte ; des traits ou des boulets, comme la baliste ; des dards enflammés, comme le pyrobole : les secondes servoient à battre des murailles, comme le bélier : les troisiemes enfin, à couvrir ceux qui approchoient des murailles des ennemis, comme les tours de bois, &c. Voyez Scorpion, Catapulte, &c.

Pour calculer l’effet d’une machine, on la considere dans l’état d’équilibre, c’est-à-dire dans l’état où la puissance qui doit mouvoir le poids ou surmonter la résistance, est en équilibre avec le poids ou la résistance. On a donné pour cela des méthodes aux mots Équilibre & Forces mouvantes, & nous ne les répéterons point ici ; mais nous ne devons pas oublier de remarquer qu’après le calcul du cas de l’équilibre, on n’a encore qu’une idée très-imparfaite de l’effet de la machine : car comme toute machine est destinée à mouvoir, on doit la considérer dans l’état de mouvement, & alors il faut avoir égard, 1°. à la masse de la machine, qui s’ajoute à la résistance qu’on doit vaincre, & qui doit augmenter par conséquent la puissance ; 2°. au frottement qui augmente prodigieusement la résistance, comme on le peut voir aux mots Frottement & Corde, où l’on trouvera quelques essais de calcul à ce sujet. C’est principalement ce frottement & les lois de la résistance des solides, si différens pour les grands & pour les petits corps (voyez Résistance) ; ce sont, dis-je, ces deux causes qui font souvent qu’on ne sauroit conclure de l’effet d’une machine en petit à celui d’une autre machine semblable en grand, parce que les résistances n’y sont pas proportionnelles aux dimensions des machines. Sur les machines particulieres, voyez les différens articles de ce Dictionnaire, Levier, Poulie, &c. (O)

Machine de Boyle, est le nom qu’on donne quelquefois à la machine pneumatique, parce qu’on regarde ce physicien comme le premier inventeur de cette machine. Cependant il n’a fait réellement que la perfectionner, elle étoit inventée avant lui : c’est à Othon de Guericke, bourguemestre de Magdebourg, que l’on en doit la premiere idée. Voyez Machine pneumatique, au mot Pneumatique. (O)

Machines militaires, ce sont en général toutes les machines qui servent à la guerre de campagne & à celle des siéges. Ainsi les machines militaires des anciens étoient le bélier, la catapulte, la baliste, &c. celles des modernes sont le canon, le mortier, &c. Voyez chacun de ces mots à leur article.

Il n’est pas rare de trouver des gens qui proposent de nouvelles machines ou de nouvelles inventions pour la guerre. Le chevalier de Ville rapporte dans son traité de Fortification, « qu’au siége de Saint Jean d’Angely il y eut un personnage qui fit bâtir un pont grand à merveille, soutenu sur quatre roues, tout de bois, avec lequel il prétendoit traverser le fossé, & depuis la contrescarpe jusque sur le parapet des remparts, faire passer par-dessus icelui 15 ou 20 soldats à couvert. Il fit faire la machine, qui coûta douze ou quinze mille écus ; & lorsqu’il fut question de la faire marcher avec 50 chevaux qu’on avoit attelés, soudain qu’elle fut ébranlée, elle se rompit en mille pieces avec un bruit effroyable. La même chose arriva d’une autre à Lunel qui coûtoit moins que celle-là, & réussit ainsi que l’autre.

» J’en ai vu, continue le même auteur, qui promettoient pouvoir jetter avec une machine 50 hommes tout-à-la-fois depuis la contrescarpe jusque dans le bastion, armés à l’épreuve du mousquet ; d’autres de réduire en cendre les villes entieres, voire les murailles mêmes, sans que ceux de dedans y pussent donner remede, quand bien leurs maisons seroient terrassées. Enfin on ne voit aucun effet de ces promesses, & le plus souvent ou c’est folie ou malice pour attraper l’argent du prince qui les croit ». Le chevalier de Ville prétend & avec raison, qu’il ne faut pas se livrer aisément à ces faiseurs de miracles qui proposent des choses extraordinaires, à moins qu’ils n’en fassent premierement l’expérience à leurs dépens. Ce n’est pas, dit-il, que je blâme toutes sortes de machines : on en a fait, & on en invente tous les jours de très-utiles ; mais je parle de ces extraordinaires qu’on juge par raison ne pouvoir être mises en œuvre & faire les effets qu’on propose. Il ne faut jamais sur une chose si douteuse fonder totalement un grand dessein ; on doit en faire l’épreuve à loisir lorsqu’on n’en a pas besoin, afin d’être assuré de leur effet au besoin. (Q)

Machine infernale, (Art milit.) c’est un bâtiment à trois ponts chargé au premier de poudre, au second de bombes & de carcasses, & au troisieme de barils cerclés de fer pleins d’artifices, son tillac aussi comblé de vieux canons & de mitraille, dont on s’est quelquefois servi pour essayer de ruiner des villes & différens ouvrages.

Les Anglois ont essayé de bombarder ou ruiner plusieurs des villes maritimes de France, & notamment Saint Malo, avec des machines de cette espece, mais sans aucun succès.

Celui qui les mit le premier en usage, fut un ingénieur italien, nommé Frédéric Jambelli. Durant le siége qu’Alexandre de Parme avoit mis devant Anvers, où les Hollandois se défendirent long-tems avec beaucoup de constance & de bravoure ; l’Escaut est extraordinairement large au-dessus & au-dessous d’Anvers, parce qu’il approche-là de son embouchure ; Alexandre de Parme, malgré cela, entreprit de faire un pont de 2400 piés de long au-dessous de cette place pour empêcher les secours qui pourroient venir de Zélande. Il en vint à bout, & il ne s’étoit point fait jusqu’alors d’ouvrage en ce genre comparable à celui-là. Ce fut contre ce pont que Jambelli destina ses machines infernales. Stradon dans cet endroit de son histoire, une des mieux écrites de ces derniers tems, fait une belle description de ces machines & de la maniere dont on s’en servoit. Je vais le traduire ici.

« Ceux qui défendoient Anvers, dit cet auteur, ayant achevé l’ouvrage qu’ils préparoient depuis long-tems pour la ruine du pont, donnerent avis de cela à la flotte qui étoit au delà du pont du côté de la Zélande, que le quatrieme d’Avril leurs vaisseaux sortiroient du port d’Anvers sur le soir ; qu’ainsi ils se tinssent prêts pour passer avec le convoi des munitions par la breche qu’on feroit infailliblement au pont. Je vais, continue l’historien, décrire la structure des bateaux d’Anvers & leurs effets, parce qu’on n’a rien vu dans les siecles passés de plus prodigieux en cette matiere, & je tirerai ce que je vais en dire des lettres d’Alexandre de Parme au roi d’Espagne Philippe II. & de la relation du capitaine Tuc.

» Frédéric Jambelli ayant passé d’Italie en Espagne pour offrir son service au roi, sans pouvoir obtenir audience, se retira piqué du mépris que l’on faisoit de sa personne, dit en partant que les Espagnols entendroient un jour parler de lui d’une maniere à se repentir d’avoir méprisé ses offres. Il se jetta dans Anvers, & il y trouva l’occasion qu’il cherchoit de mettre ses menaces à exécution. Il construisit quatre bateaux plats, mais très-hauts de bords, & d’un bois très-fort & & très-épais, & imagina le moyen de faire des mines sur l’eau de la maniere suivante. Il fit dans le fond des bateaux & dans toute leur longueur une maçonnerie de brique & de chaux, de la hauteur d’un pié & de la largeur de cinq. Il éleva tout à l’entour & aux côtés de petites murailles, & fit la chambre de sa mine haute & large de trois piés ; il la remplit d’une poudre très-fine qu’il avoit fait lui-même, & la couvrit avec des tombes, des meules de moulin, & d’autres pierres d’une extraordinaire grosseur : il mit par-dessus des boulets, des monceaux de marbre, des crocs, des clous & d’autre ferraille, & bâtit sur tout cela comme un toît de grosses pierres. Ce toît n’étoit pas plat, mais en dos d’âne, afin que la mine venant à crever l’effet ne s’en fît pas seulement en-haut, mais de tous côtés. L’espace qui étoit entre les murailles de la mine & les côtés des bateaux, fut rempli de pierres de taille maçonnées & de poutres liées avec les pierres par des crampons de fer. Il fit sur toute la largeur des bateaux un plancher de grosses planches, qu’il couvrit encore d’une couche de brique, & sur le milieu il éleva un bucher de bois poissé pour l’allumer, quand les bateaux démareroient, afin que les ennemis les voyant aller vers le pont, crussent que ce n’étoient que des bateaux ordinaires qu’on envoyoit pour mettre le feu au pont. Pour que le feu ne manquât pas de prendre à la mine, il se servit de deux moyens. Le premier fut une meche ensoufrée d’une certaine longueur proportionnée au tems qu’il falloit pour arriver au pont, quand ceux qui les conduiroient les auroient abandonnés & mis dans le courant. L’autre moyen dont il se servit pour donner le feu à la poudre étoit un de ces petits horloges à réveils-matin, qui en se détendant après un certain tems battent le fusil. Celui-ci faisant feu devoit donner sur une traînée de poudre qui aboutissoit à la mine.

» Ces quatre bateaux ainsi préparés devoient être accompagnés de treize autres où il n’y avoit point de mine, mais qui étoient de simples brûlots. On avoit su dans le camp des Espagnols qu’on préparoit des brûlots dans le port d’Anvers ; mais on n’y avoit nul soupçon de l’artifice des quatre bateaux, & Alexandre de Parme crut que le dessein des ennemis étoit seulement d’attaquer le pont en même tems au dessus du côté d’Anvers, & au-dessous du côté de la Zélande. C’est pourquoi il renforça les troupes qu’il avoit dans les forts des digues voisines, & sur tout le pont, & y distribua ses meilleurs officiers, qu’il exposoit d’autant plus au malheur qui les menaçoit, qu’il sembloit prendre de meilleures mesures pour l’éviter. On vit sortir d’abord trois brûlots du port d’Anvers, & puis trois autres, & le reste dans le même ordre. On sonna l’allarme, & tous les soldats coururent à leurs postes sur le pont. Ces vaisseaux voguoient en belle ordonnance, parce qu’ils étoient conduits chacun par leurs pilotes. Le feu y étoit si vivement allumé qu’il sembloit que les vaisseaux mêmes brûloient, ce qui donnoit un spectacle qui eut fait plaisir aux spectateurs qui n’en n’eussent eu rien à craindre : car les Espagnols de leur côté avoient allumé un grand nombre de feux sur leurs digues & dans leurs forts. Les soldats étoient rangés en bataille sur les deux bords de la riviere & sur le pont, enseignes déployées, avec les officiers à leur tête ; & les armes brilloient encore plus à la flamme qu’elles n’auroient fait au plus beau soleil.

Les matelots ayant conduit leurs vaisseaux jusqu’à deux mille pas du pont, firent prendre, surtout aux quatre où étoient les mines, le courant de l’eau, & se retirerent dans leurs esquifs ; car pour ce qui est des autres ils ne se mirent pas si fort en peine de si bien diriger leur route ; ceux-ci pour la plûpart échouerent contre l’estaccade & aux deux bords de la riviere. Un des quatre destinés à rompre le pont, fit eau & coula bas au milieu de la riviere ; on en vit sortir une épaisse fumée sans autre effet. Deux autres furent poussés par un vent qui s’éleva, & portés par le courant vers Calloo au rivage du côté de la Flandre ; il y eut pendant quelque tems sujet de croire que la même chose arriveroit au quatrieme, parce qu’il paroissoit aussi tourner du côté de la rive de Flandre ; les soldats voyant tout cela, & que le feu paroissoit s’éteindre sur la plûpart des bateaux, commencerent à se moquer de ce grand appareil qui n’aboutissoit à rien ; il y en eut même d’assez hardis pour entrer dans un des deux qui avoient échoué au bord, & ils y enfonçoient leurs piques sur le plancher pour découvrir ce qu’il y avoit dessous ; mais dans ce moment, ce quatrieme vaisseau, qui étoit beaucoup plus fort que les autres, ayant brisé l’estaccade, continua sa route vers le pont. Alors les soldats espagnols que l’inquiétude reprit, jetterent un grand cri. Le duc de Parme qui étoit aussi attentif à la flotte hollandoise qui étoit au-dessous du pont du côté de Lillo, qu’aux brûlots qui venoient d’Anvers, accourut à ce cri. Il commanda aussi-tôt des soldats & des matelots ; les uns pour détourner le vaisseau avec des crocs ; les autres pour sauter dedans & y éteindre le feu, & se mit dans une espece de château de bois, bâti sur pilotis à la rive de Flandre, & auquel étoient attachés les premiers bateaux du pont. Il avoit avec lui les seigneurs de Roubais, Caëtan, Billi, Duguast, & les officiers du corps-de-garde de ce château.

» Il y avoit parmi eux un vieux enseigne, domestique du prince de Parme, à qui ce prince fut en cette occasion redevable de la vie. Cet homme qui savoit quelque chose du métier d’ingénieur, soit qu’il fût instruit de l’habileté de Jambelli & du chagrin qu’on lui avoit fait en Espagne, soit par une inspiration de Dieu qui avoit voulu qu’Anvers fût pris par Alexandre de Parme, s’approcha de ce prince, & le conjura de se retirer puisqu’il avoit donné tous les ordres nécessaires. Il le fit jusqu’à trois fois, sans que ce prince voulût suivre son conseil ; mais l’enseigne ne se rebuta pas : & au nom de Dieu, dit-il à ce prince, en se jettant à ses piés, croyez seulement pour cette fois le plus affectionné de vos serviteurs. Je vous assure que votre vie est ici en danger ; & puis se relevant, il le tira après lui. Alexandre aussi surpris de la liberté de cet homme que du ton, en quelque façon inspiré, dont il lui parloit, le suivit, accompagné de Caëtan, & Duguast.

» A peine étoient-ils arrivés au fort de Sainte-Marie, sur le bord de la riviere du côté de Flandre, que le vaisseau creva avec un fracas épouventable. On vit en l’air une nuée de pierres, de poutres, de chaînes, de boulets ; le château de bois, auprès duquel la mine avoit joué, une partie des bateaux du pont, les canons qui étoient dessus, les soldats furent enlevés & jettés de tous côtés. On vit l’Escaut s’enfoncer en abyme, & l’eau poussée d’une telle violence qu’elle passa sur toutes les digues, & un pié au-dessus du fort de Sainte-Marie ; on sentit la terre trembler à près de quatre lieues de-là ; on trouva de ces grosses tombes dont la mine avoit été couverte à mille pas de l’Escaut ».

Un des autres bateaux qui avoit échoué contre le rivage de Flandre, fit encore un grand effet ; il périt huit cens hommes de différent genre de mort ; une infinité furent estropiés. & quelques-uns échapperent par des hazards surprenans.

Le vicomte de Bruxelle, dit l’historien, fut transporté fort loin, & tomba dans un navire sans se faire aucun mal. Le capitaine Tuc, auteur d’une relation de cette avanture, après avoir été quelque tems suspendu en l’air tomba dans la riviere ; & comme il savoit nager, & que dans le mouvement du tourbillon qui l’emporta, sa cuirasse s’étoit détachée de son corps, il regagna le bord en nageant ; enfin, un des gardes du prince de Parme fut porté de l’endroit du pont qui touchoit à la Flandre, à l’autre rivage du côté du Brabant, & ne se blessa qu’un peu à l’épaule en tombant. Pour ce qui est du prince de Parme, on le crut mort ; car comme il étoit prêt d’entrer dans Sainte-Marie, il fut terrassé par le mouvement de l’air, & frappé en même tems entre les épaules & le casque d’une poutre ; on le trouva évanoui & sans connoissance : mais il revint à lui un peu après ; & la premiere chose qu’il fit fut de faire amener promptement quelques vaisseaux, non pas pour réparer la breche du pont, car il falloit beaucoup de tems pour cela, mais seulement pour boucher l’espace que la mine avoit ruiné, afin que le matin il ne parût point à la flotte hollandoise, qu’il y eût de passage ouvert ; cela lui réussit. Les Hollandois voyant des soldats dans toute la longueur du pont qui n’avoit point été ruinée, & dans les bateaux dont on avoit bouché la breche, & entendant sonner de tous côtés les tambours & les trompettes, n’oserent tenter de forcer le passage. Cela donna le loisir aux Espagnols de réparer leur pont ; & quelque tems après, Anvers fut contraint de capituler.

Voilà donc l’époque des machines infernales & de ces mines sur l’eau dont on a tant parlé dans les dernieres guerres, & qui ont fait bien plus de bruit que de mal ; car nulle n’a eu un si bon succès à beaucoup près que celle de Jambelli en eut un au pont d’Anvers, quoiqu’à ces dernieres l’on eût ajouté des hombes & des carcasses dont on n’avoit point encore l’usage dans le tems du siege de cette ville. Histoire de la milice françoise.

Pour donner une idée de la machine infernale échouée devant Saint-Malo, on en donne fig. 6. Pl. XI. de fortification, la coupe ou le profil.

B. C’est le fond de calle de cette machine, rempli de sable.

C. Premier pont rempli de vingt milliers de poudre, avec un pié de maçonnerie au-dessus.

D. Second pont garni de six cens bombes à feu & carcassieres, & de deux piés de maçonnerie au-dessus.

E. Troisieme pont au-dessus du gaillard, garni de cinquante barils à cercle de fer, remplis de toutes sortes d’artifices.

F. Canal pour conduire le feu aux poudres & aux amorces.

Le tillac, comme on le voit en A, étoit garni de vieux canons & d’autres vieilles pieces d’artillerie de différentes especes.

« Si l’on avoit été persuadé en France que ces sortes d’inventions eussent pû avoir une réussite infaillible, il est sans difficulté que l’on s’en seroit servi dans toutes les expéditions maritimes, que l’on a terminées si glorieusement sans ce secours ; mais cette incertitude, & la prodigieuse dépense que l’on est obligé d’y faire, ont été cause que l’on a négligé cette maniere de bombe d’une construction extraordinaire, que l’on a vûe long-tems dans le port de Toulon, & qui avoit été coulée & préparée pour un pareil usage ; ce fut en 1688, & voici comme elle étoit faite, suivant ce qu’en écrivit en ce tems-là un officier de Marine.

» La bombe qui est embarquée sur la Flûte le Chameau, est de la figure d’un œuf ; elle est remplie de sept à huit milliers de poudre ; on peut de-là juger de sa grosseur ; on l’a placée au fond de ce bâtiment dans cette situation. Outre plusieurs grosses poutres qui la maintiennent de tous côtés, elle est encore appuyée de neuf gros canons de fer de 18 livres de balle, quatre de chaque côté, & un sur le derriere qui ne sont point chargés, ayant la bouche en bas. Par dessus on a mis encore dix pieces de moindre grosseur, avec plusieurs petites bombes & plusieurs éclats de canon, & l’on a fait une mâçonnerie à chaux & à ciment qui couvre & environne le tout, où il est entré trente milliers de brique ; ce qui compose comme une espece de rocher au milieu de ce vaisseau, qui est d’ailleurs armé de plusieurs pieces de canon chargées à crever, de bombes, carcasses & pots à feu, pour en défendre l’approche. Les officiers devant se retirer après que l’ingenieur aura mis le feu à l’amorce qui durera une heure, cette flûte doit éclater avec sa bombe, pour porter de toutes parts les éclats des bombes & des carcasses, & causer par ce moyen l’embrasement de tout le port de la ville qui sera attaquée. Voilà l’effet qu’on s’en promet : on dit que cela coutera au roi quatre-vingt mille livres ».

Suivant M. Deschiens de Ressons « cette bombe fut faite dans la vûe d’une machine infernale pour Alger ; & celles que les ennemis ont exécutées à Saint Malo & à Dunkerque, ont été faites à l’instar de celle-ci. Mais toutes ces machines ne vallent rien, parce qu’un bâtiment étant à flot, la poudre ne fait pas la centieme partie de l’effort qu’elle feroit sur un terrain ferme ; la raison de cela est, que la partie la plus foible du bâtiment cédant lors de l’effet, cette bombe se trouvant surchargée de vieux canons, de bombes, carcasses & autres, tout l’effort se fait par-dessous dans l’eau, ou dans la vase ou le sable ; de sorte qu’il n’en peut provenir d’autre incommodité que quelques débris qui ne vont pas loin, & une fraction de vitres, tuiles, portes, & autres bagatelles, par la grande compression de l’air causée par l’agitation extraordinaire ; c’est pourquoi on l’a refondue, la regardant comme inutile.

» Celle-ci contenoit huit milliers de poudre ; elle avoit neuf piés de longueur, & cinq de diametre en dehors, six pouces d’épaisseur ; mais quand je l’ai fait rompre, j’ai trouvé que le noyau avoit tourné dans le moule, & que toute l’épaisseur étoit presque d’un côté, & peu de choses de l’autre ; ce qui ne se peut guere éviter, parce que la fonte coulant dans le moule, rougit le chapelet de fer qui soutient le noyau, dont le grand poids fait plier le chapelet.

Il se rapportoit dessus un chapiteau, dans lequel étoit ajusté la fusée, qui s’arrêtoit avec deux barres de fer qui passoient dans les anses.

La fusée étoit un canon de mousquet rempli de composition bien battue ; ce qui ne valoit rien, par la raison que la crasse du salpêtre bouchoit le canon lorsque la fusée étoit brûlée à demi, ce qui faisoit éteindre la fusée. Ainsi les Anglois ont été obligés de mettre le feu au bâtiment de leur machine, pour qu’il parvînt ensuite à la poudre ». Mémoires d’Artillerie, par M. de Saint-Remy.

Machine a mater, (Marine.) c’est celle qui sert à élever & poser les mâts dans un vaisseau ; elle est faite à peu près comme une grue ou un engin que l’on place sur un ponton. Quelquefois on ne se sert que d’un ponton avec un mât, un vindas avec un cabestan, & des seps de drisse. (Z)

Machine, en Architecture, est un assemblage de pieces de bois disposées, de maniere qu’avec le secours de poulies, mouffles & cordages, un petit nombre d’hommes peuvent enlever de gros fardeaux, & le poser en place, comme sont le vindas, l’engin, la grue, le grueau, le treuil, &c. qui se montent & démontent selon le besoin qu’on en a. Voyez nos Pl. de Charp.

Machine pyrique, (Artificier.) c’est un assemblage de pieces d’artifice, rangées sur une carcasse de tringles de bois ou de fer, disposées pour les recevoir & diriger la communication de leurs feux, comme sont celles qui paroissent depuis quelques années sur le théâtre italien à Paris.

Machine, (Peinture.) terme dont on se sert en Peinture, pour indiquer qu’il y a une belle intelligence de lumiere dans un tableau. On dit voilà une belle machine ; ce peintre entend bien la machine. Et lorsqu’on dit une grande machine, il signifie non-seulement belle intelligence de lumieres, mais encore grande ordonnance, grande composition.

Machine a forer, voyez l’article Forer. Cette machine soulage l’ouvrier, lorsque les pieces qu’il a à percer ne peuvent l’être à la poitrine. L’ouvrier fore à la poitrine, lorsqu’il pose la palette à forer contre sa poitrine, qu’il appuie du bout rond le foret contre la palette, & qu’en poussant & faisant tourner le foret avec l’archet, il fait entrer le bout aigu du foret dans la piece à percer. La machine qui le dispense de cette fatigue, est composée de trois pieces, la palette, la vis & l’écrou à queue. La palette est toute de fer ; le bout de sa queue est recourbé en crochet : ce crochet ou cette queue recourbée, se place dans l’épaisseur de l’établi. Au-dessous de la palette il y a un œil qui correspond à la boîte de l’étau, pour recevoir la vis de la machine à forer. A un des bouts de la vis il y a un crochet en rond, qui sert à accrocher cette vis sur la boîte, & la partie taraudée passe par l’œil de la queue de la palette. C’est à la partie qui excede l’œil, que se met l’écrou à queue, de sorte que le compagnon qui a posé le crochet de la palette à une distance convenable de l’étau, suivant la longueur du forêt, en tournant l’écrou, force la palette sur laquelle est posée le foret, à le presser contre la piece qu’il veut percer, & qui est entre les mâchoires de l’étau. Au moyen de la vis & des autres parties de cette machine, l’ouvrier a toute sa force, & réussit en très peu de tems à forer une piece dont il ne viendroit peut-être jamais à bout.

Machine pour la tire, instrument du métier d’étoffe de soie. Ce qu’on appelle machine pour servir au métier des étoffes de soie est d’une si grande utilité, qu’avant qu’elle eut été inventée par le sieur Garon de Lyon, il falloit le plus souvent deux filles à chaque métier d’étoffes riches pour tirer ; depuis qu’elle est en usage, il n’en faut qu’une, ce qui n’est pas une petite économie, outre qu’au moyen de cette machine l’étoffe se fait infiniment plus nette.

Le corps de cette machine est simple ; c’est aussi sa simplicité qui en fait la beauté : c’est un bois de trois pouces en quarré qui descend de l’estave du métier au côté droit de la tireuse, qui va & vient librement. De ce bois quarré, il se présente à côté du temple deux fourches rondes, & une troisieme qui est aussi ronde qui tient les deux autres ; elle monte directement à côté du premier bois dont il est ci-dessus parlé. La fille pour se servir de cette machine, tire à elle son lacs, passe la main derriere, & entrelace ses cordes de temple entre les deux fourches qui sont à côté, & après les avoir enfilées, elle prend la fourche qui monte en haut, & à mesure qu’elle la descend en la tirant, elle fait faire en même tems un jeu aux deux fourches qui embrassent les cordes. Par ce mouvement elle tire net, & facilite l’ouvrier à passer sa navette sans endommager l’étoffe. Après que le coup est passé, elle laisse partir sa machine qui s’en retourne d’elle même sans poids ni contrepoids pour la renvoyer ; la main seule de la tireuse suffit. Voyez cette machine dans nos Pl. de Soierie.

Machine, (Littérat.) en poëme dramatique se dit de l’artifice par lequel le poëte introduit sur la scene quelque divinité, génie, ou autre être surnaturel, pour faire réussir quelque dessein important, ou surmonter quelque difficulté supérieure au pouvoir des hommes.

Ces machines, parmi les anciens, étoient les dieux, les génies bons ou malfaisans, les ombres, &c. Shakespear, & nos modernes françois avant Corneille, employoient encore la derniere de ces ressources. Elles ont tiré ce nom des machines ou inventions qu’on a mis en usage pour les faire apparoître sur la scène, & les en retirer d’une maniere qui imite le merveilleux.

Quoique cette même raison ne subsiste pas pour le poëme épique, on est cependant convenu d’y donner le nom de machines aux êtres surnaturels qu’on y introduit. Ce mot marque & dans le dramatique & dans l’épopée l’intervention ou le ministere de quelque divinité ; mais comme les occasions qui peuvent dans l’une & l’autre amener les machines, ou les rendre nécessaires, ne sont pas les mêmes, les regles qu’on y doit suivre sont aussi différentes.

Les anciens poëtes dramatiques n’admettoient jamais aucune machine sur le théâtre, que la présence du dieu ne fût absolument nécessaire, & ils étoient siflés lorsque par leur faute ils étoient réduits à cette nécessité, suivant ce principe fondé dans la nature, que le dénouement d’une piece doit naître du fond même de la fable, & non d’une machine étrangere, que le génie le plus stérile peut amener pour se tirer tout-à-coup d’embarras, comme dans Médée qui se dérobe à la vengeance de Créon, en fendant les airs sur un char traîné par des dragons aîlés. Horace paroît un peu moins sévere, & se contente de dire que les dieux ne doivent jamais paroître sur la scène à moins que le nœud ne soit digne de leur présence.

Nec deus intersit, nisi dignus vindice nodus
Inciderit.

Art. poet.

Mais au fonds, le mot dignus emporte une nécessité absolue. Voyez Intrigue. Outre les dieux, les anciens introduisoient des ombres, comme dans les Perses d’Eschyle, où l’ombre de Darius paroît. A leur imitation Shakespear en a mis dans hamlet & dans macbet : on en trouve aussi dans les pieces de Hardy, la statue du festin de Pierre, le Mercure & le Jupiter dans l’Amphitrion de Moliere sont aussi des machines, & comme des restes de l’ancien goût dont on ne s’accommoderoit pas aujourd’hui. Aussi Racine dans son Iphigénie, a t-il imaginé l’épisode d’Eriphile, pour ne pas souiller la scene par le meurtre d’une personne aussi aimable & aussi vertueuse qu’il falloit représenter Iphigénie, & encore parce qu’il ne pouvoit dénouer sa tragédie par le secours d’une déesse & d’une métamorphose, qui auroit bien pû trouver créance dans l’antiquité, mais qui seroit trop incroyable & trop absurde parmi nous. On a relégué les machines à l’Opéra, & c’est bien là leur place.

Il en est tout autrement dans l’épopée ; les machines y sont nécessaires à tout moment & par-tout. Homere & Virgile ne marchent, pour ainsi dire, qu’appuyés sur elles. Pétrone, avec son feu ordinaire, soutient que le poëte doit être plus avec les dieux qu’avec les hommes, & laisser par-tout des marques de la verve prophétique, & du divin enthousiasme qui l’échauffe & l’inspire ; que ses pensées doivent être remplies de fables, c’est à-dire d’allégories & de figures. Enfin il veut que le poëme se distingue en tout point de l’Histoire, mais sur-tout moins par la mesure des vers, que par ce feu poétique qui ne s’exprime que par allégories, & qui ne fait rien que par machines, ou par l’intervention des dieux.

Il faut, par exemple, qu’un poëte laisse à l’historien raconter qu’une flotte a été dispersée par la tempête, & jettée sur des côtes étrangeres, mais pour lui il doit dire avec Virgile, que Junon s’adresse à Eole, que ce tyran des mers déchaîne & souleve les vents contre les Troïens, & faire intervenir Neptune pour les préserver du naufrage. Un historien dira qu’un jeune prince s’est comporté dans toutes les occasions avec beaucoup de prudence & de discrétion, le poëte doit dire avec Homere que Minerve conduisoit son héros par la main. Qu’il laisse raconter à l’historien, qu’Agamemnon dans sa querelle avec Achille, voulut faire entendre à ce prince, quoiqu’avec peu de fondement, qu’il pouvoit prendre Troie sans son secours. Le poëte doit représenter Thétis, irritée de l’affront qu’a reçu son fils, volant aux cieux pour demander vengeance à Jupiter, & dire que ce dieu pour la satisfaire envoie à Agamemnon un songe trompeur, qui lui persuade que ce même jour-là il se rendra maître de Troie.

C’est ainsi que les poëtes épiques se servent de machines dans toutes les parties de leurs ouvrages. Qu’on parcoure l’Iliade, l’Odyssée, l’Enéïde, on trouvera que l’exposition fait mention de ces machines, c’est-à-dire de ces dieux ; que c’est à eux que s’adresse l’invocation ; que la narration en est remplie, qu’ils causent les actions, forment les nœuds, & les démêlent à la fin du poëme ; c’est ce qu’Aristote a condamné dans ses regles du drame, mais ce qu’ont observé Homere & Virgile dans l’épopée. Ainsi Minerve accompagne & dirige Ulysse dans tous les périls ; elle combat pour lui contre tous les amans de Pénélope ; elle aide à cette princesse à s’en défaire, & au dernier moment, elle conclut elle-même la paix entre Ulysse & ses sujets, ce qui termine l’Odyssée. De même dans l’Enéïde, Vénus protege son fils, & le fait à la fin triompher de tous les obstacles que lui opposoit la haine invétérée de Junon.

L’usage des machines dans le poëme épique, est, à quelques égards, entierement opposé à ce qu’Horace prescrit pour le dramatique. Ici elles ne doivent être admises que dans une nécessité extrême & absolue ; là il semble qu’on s’en serve à tout propos, même lorsqu’on pourroit s’en passer, bien loin que l’action les exige nécessairement. Combien de dieux & de machines Virgile n’emploie-t-il pas pour susciter cette tempête qui jette Enée sur les côtes de Carthage, quoique cet évenement eût pû facilement arriver dans le cours ordinaire de la nature ? Les machines dans l’épopée ne sont donc point un artifice du poëte pour le relever lorsqu’il a fait un faux pas, ni pour se tirer de certaines difficultés particulieres à certains endroits de son poëme ; c’est seulement la présence d’une divinité, ou quelqu’action surnaturelle & extraordinaire que le poëte insere dans la plûpart de son ouvrage, pour le rendre plus majestueux & plus admirable, ou en même tems pour inspirer à ses lecteurs des idées de respect pour la divinité ou des sentimens de vertu. Or il faut employer ce mélange de maniere que les machines puissent se retrancher sans que l’action y perde rien.

Quant à la maniere de les mettre eu œuvre & de les faire agir, il faut observer que dans la Mythologie on distinguoit des dieux bons, des dieux malfaisans, & d’autres indifférens, & qu’on peut faire de chacune de nos passions autant de divinités allégoriques, en sorte que tout ce qui se passe de vertueux ou de criminel dans un poëme, peut être attribué à ces machines, ou comme cause, ou comme occasion, & se faire par leur ministere. Elles ne doivent cependant pas toutes, ni toujours agir d’une même maniere ; tantôt elles agiront sans paroître, & par de simples inspirations, qui n’auront en elles-mêmes rien de miraculeux ni d’extraordinaire, comme quand nous disons que le démon suggere telle pensée, tantôt d’une maniere tout-à-fait miraculeuse, comme lorsqu’une divinité se rend visible aux hommes, & s’en laisse connoître, ou lorsque sans se découvrir à eux, elle se déguise sous une forme humaine. Enfin le poëte peut se servir tout à la fois de chacune de ces deux manieres d’introduire une machine, comme lorsqu’il suppose des oracles, des songes, & des inspirations extraordinaires, ce que le P. le Bossu appelle des demi-machines. Dans toutes ces manieres, il faut se garder avec soin de s’écarter de la vraissemblance ; car quoique la vraissemblance s’étende fort loin lorsqu’il est question de machines, parce qu’alors elle est fondée sur la puissance divine, elle a toujours néanmoins ses bornes. Voyez Vraissemblance.

Horace propose trois sortes de machines à introduire sur le théâtre : la premiere est un dieu visiblement présent devant les acteurs ; & c’est de celle-la qu’il donne la regle dont nous avons déja parlé. La seconde espece comprend les machines plus incroyables & plus extraordinaires, comme la métamorphose de Progné en hirondelle, celle de Cadmus en serpent. Il ne les exclut, ni ne les condamne absolument, mais il veut qu’on les mette en récit & non pas en action. La troisieme espece est absolument absurde, & il la rejette totalement ; l’exemple qu’il en donne, c’est un enfant qu’on retireroit tout vivant du ventre d’un monstre qui l’auroit dévoré. Les deux premiers genres sont reçus indifféremment dans l’épopée, & dans la distinction d’Horace, qui ne regarde que le théâtre. La différence entre ce qui se passe sur la scène, & à la vûe des spectateurs, d’avec ce qu’on suppose s’achever derriere le rideau, n’ayant lieu que dans le poëme dramatique.

On convient que les anciens poëtes ont pu faire intervenir les divinités dans l’épopée ; mais les modernes ont-ils le même privilege ? C’est une question qu’on trouvera examinée au mot merveilleux. Voyez Merveilleux.

Machines de Théatre chez les anciens. Ils en avoient de plusieurs sortes dans leurs théâtres, tant celles qui étoient placées dans l’espace ménagé derriere la scène, & qu’on appelloit παρασκήνιον, que celles qui étoient sous les portes de retour pour introduire d’un côté les dieux des bois & des campagnes, & de l’autre les divinités de la mer. Il y en avoit aussi d’autres au-dessus de la scène pour les dieux célestes, & enfin d’autres sous le théâtre pour les ombres, les furies, & les autres divinités infernales : ces dernieres étoient à-peu-près semblables à celles dont nous nous servons pour ce sujet. Pollux l. IV. nous apprend que c’étoient des especes de trapes qui élevoient les acteurs au niveau de la scene, & qui redescendoient ensuite sous le théâtre par le relâchement des forces qui les avoient fait monter. Ces forces consistoient comme celles de nos théâtres, en des cordes, des roues, des contrepoids ; c’est pour cela que les Grecs nommoient ces machines ἀναπείσματα : pour celles qu’ils appelloient περίακτοι, & qui étoient sur les portes de retour, c’étoient des machines tournantes sur elles mêmes, qui avoient trois faces différentes, & qui se tournoient d’un & d’autre côté, selon les dieux à qui elles servoient. Mais de toutes ces machines, il n’y en avoit point dont l’usage fût plus ordinaire que celles qui descendoient du ciel dans les dénouemens, & dans lesquelles les dieux venoient, pour ainsi dire, au secours du poëte, d’où vint le proverbe de θεὸς ἀπὸ μηχανῆς. Ces machines avoient même assez de rapport avec celles de nos cintres ; car, au mouvement près, les usages en étoient les mêmes, & les anciens en avoient comme nous de trois sortes en général ; les unes qui ne descendoient point jusqu’en bas, & qui ne faisoient que traverser le théâtre ; d’autres dans lesqu elles les dieux descendoient jusques sur la scene, & de troisiemes qui servoient à élever ou à soutenir en l’air les personnes qui sembloient voler. Comme ces dernieres étoient toutes semblables à celles de nos vols, elles étoient sujettes aux mêmes accidens : car nous voyons dans Suétone, qu’un acteur qui jouoit le rôle d’Icare, & dont la machine eut malheureusement le même sort, alla tomber près de l’endroit où étoit placé Néron, & couvrit de sang ceux qui étoient autour de lui. Suétone, in Nerone, c. xij. Mais quoique ces machines eussent assez de rapport avec celles de nos cintres, comme le théâtre des anciens avoit toute son étendue en largeur, & que d’ailleurs il n’étoit point couvert, les mouvemens en étoient fort différens. Car au lieu d’être emportés comme les nôtres par des chassis courans dans des charpentes en plafond, elles étoient guindées à une espece de grue, dont le col passoit par dessus la scene, & qui tournant sur elle-même pendant que les contrepoids faisoient monter ou descendre ces machines, leur faisoient décrire des courbes composées de son mouvement circulaire & de leur direction verticale, c’est-à-dire une ligne en forme de vis de bas en haut, ou de haut en bas, à celles qui ne faisoient que monter ou descendre d’un côté du théâtre à l’autre, & différentes demi-ellipses à celles, qui après être descendues d’un côté jusqu’au milieu du théâtre, remontoient de l’autre jusqu’au dessus de la scene, d’où elles étoient toutes rappellées dans un endroit du postscenium, où leurs mouvemens étoient placés. Diss. de M. Boindin, sur les théâtres des anciens. Mém. de l’acad. des Belles-Lettres, tome I. pag. 148. & suiv. (G)