L’Encyclopédie/1re édition/TON

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

TON, s. m. (Hist. nat. & Médec. pratiq.) c’est le nom que les habitans du Brésil ont donné à un insecte assez semblable à la puce par la couleur & par la maniere dont il saute, mais communément beaucoup plus petit, égalant à peine en grosseur un grain de sable. Jean Heurnius le pere, pour exprimer sa petitesse, l’appelle une idée d’animal ; le Brésil n’est pas le seul pays où l’on en trouve, il est répandu dans presque toutes les îles d’Amérique ; & c’est avec raison que Lerius pense que c’est le même insecte qui est connu dans les îles espagnoles sous le nom de nigua. (Hist. du Brésil, chap. ij.) Les tons habitent ordinairement les terreins sablonneux, & surtout ceux qui sont plantés en canne à sucre, & de-là s’élancent sur les passans, attaquent principalement ceux qui ont les piés nuds, se nichent dans la peau & entre les ongles, & y excitent une maladie que les naturels du pays appellent aussi ton. Les François ont donné à ces insectes le nom de chiques ; c’est sous ce nom que M. de Rochefort les décrit & détaille les effets de leur piquure dans son histoire naturelle & morale des îles Antilles. Voyez Chiques. Pour le completer, nous ajouterons ici quelques particularités sur l’espece d’affection qui suit l’entrée de ces animaux dans la peau, & sur les remedes que l’expérience a consacrés comme plus efficaces.

Les piés ne sont pas les seules parties du corps qu’ils attaquent ; souvent ils se glissent entre les ongles des doigts de la main ; & Lerius assure avoir vu aux aisselles & dans d’autres parties molles des marques de leur invasion ; deux jours après que cet insecte a pénétré la peau, le malade y ressent une démangeaison qui dans quelques heures devient si insupportable, qu’il ne peut s’empêcher de se gratter continuellement & avec force, ce qui vraissemblablement contribue à accélerer la formation d’une petite pustule livide ; elle est accompagnée d’une tumeur de la grosseur de la tête d’une épingle, qui bientôt augmente avec des douleurs très-vives jusqu’à celle d’un pois ; on apperçoit alors l’insecte au milieu de la tumeur, qui s’étend quelquefois tout-à-l’entour. Si dans ces entrefaites on n’apporte pas au mal un remede efficace, la tumeur se termine par la gangrene qui fait des progrès plus ou moins rapides ; l’insecte multiplie prodigieusement, & se répand par ce moyen dans les diverses parties du corps où il occasionne les mêmes symptomes ; on a vu des personnes qui faute de secours avoient perdu totalement l’usage des piés & des mains. Thomas Vander Guychten, dont Otho Heurnius donne l’histoire, qu’on trouve dans le quatrieme volume de la Bibliotheque pratique de Manget, liv. XVII. p. 643 & suiv. fut obligé par la maladresse des chirurgiens qui le traitoient, de se faire couper un ou deux doigts du pié qui étoient entierement gangrenés ; & ce ne fut que par les soins long-tems continués de Heurnius, célebre médecin, que les progrès de la gangrene furent arrêtés, & que ce malade obtint une guérison complette.

Le secours le plus approprié & dont l’effet est le plus prompt, est, suivant tous les Historiens, l’extraction du ton. Cette opération est très-douloureuse, mais en même tems immanquable ; les Brésiliens & les Negres la font avec une adresse singuliere & un succès constant, dès qu’ils s’apperçoivent par la tumeur de l’entrée de l’insecte. On tire dans le pays une huile rouge, épaisse, d’un fruit qu’on appelle couroy, qui passe aussi pour très propre à guérir cette maladie ; on l’applique en forme de baume sur les parties où l’insecte est entré ; on vante encore beaucoup l’efficacité des feuilles du tabac, surtout imbibées de suc de citron très-acide ; mais quels que soient les effets de ces différens remedes, il est beaucoup plus prudent de ne pas se mettre dans le cas de les éprouver, & il ne faut que peu d’attention pour y parvenir ; on n’a qu’à ne jamais marcher piés nuds, porter des bas & des gants de peau, se laver souvent & observer en un mot une très-grande propreté. M. de Rochefort conseille aussi dans la même vue d’arroser les appartemens qu’on occupe, avec de l’eau salée.

Ton, (Prose & Poésie.) couleurs, nuances du style, langage qui appartient à chaque ouvrage.

Il y a 1°. le ton du genre : c’est par exemple, du comique ou du tragique ; 2°. le ton du sujet dans le genre : le sujet peut être comique plus ou moins ; 3°. le ton des parties ; chaque partie du sujet a outre le ton général, son ton particulier : une scène est plus fiere & plus vigoureuse qu’une autre : celle-ci est plus molle, plus douce : 4°. le ton de chaque pensée, de chaque idée : toutes les parties, quelque petites qu’elles soient, ont un caractere de propriété qu’il faut leur donner, & c’est ce qui fait le poëte ; sans cela, cur ego poëta salutor. On bat souvent des mains, quand dans une comédie on voit un vers tragique, ou un lyrique dans une tragédie. C’est un beau vers, mais il n’est point où il devroit être.

Il est vrai que la comédie éleve quelquefois le ton, & que la tragédie l’abaisse ; mais il faut observer que quelque essor que prenne la comédie, elle ne devient jamais héroïque. On n’en verra point d’exemple dans Moliere. Il y a toujours quelque nuance du genre qui l’empêche d’être tragique. De même quand la tragédie s’abaisse, elle ne descend pas jusqu’au comique. Qu’on lise la belle scène où Phedre paroît désolée, le style est rompu, abattu, si j’ose m’exprimer ainsi ; c’est toujours une reine qui gémit.

Ce que nous venons de dire du ton en poésie, s’applique également à la prose. Il y a chez elle le ton simple ou familier, le ton médiocre & le ton soutenu, selon le genre de l’ouvrage, le sujet dans le genre & les parties du sujet. Enfin le ton ou le langage d’un conte, d’une lettre, d’une histoire, d’une oraison funebre, doivent être bien différens. Voyez Style. (D. J.)

Ton, (Art oratoire.) inflexion de voix : on a parlé des différentes qualités du ton dans la prononciation & la déclamation, aux mots Prononciation & Déclamation. (D. J.)

Ton, s. m. (Mus.) Ce mot a plusieurs sens en Mus. 1°. Il se prend d’abord pour un intervalle qui caractérise le système & le genre diatonique. Voyez Intervalle. Il y a deux sortes de tons ; savoir le ton majeur dont le rapport est de 8 à 9, & qui résulte de la différence de la quarte à la quinte ; & le ton mineur dont le rapport est de 9 à 10, & qui est la différence de la tierce mineure à la quarte. La génération du ton majeur & celle du ton mineur se trouve également à la seconde quinte en commençant par ut ; car la quantité dont ce surpasse l’octave du premier ut, est justement dans le rapport de 8 à 9, & celle dont ce même est surpassé par le mi tierce majeure de cette octave, est dans le rapport de 9 à 10.

2°. On appelle ton, le degré d’élévation que prennent les voix, ou sur lequel sont montés les instrumens pour exécuter de la musique. C’est en ce sens qu’on dit dans un concert que le ton est trop haut ou trop bas. Dans les églises, il y a le ton du chœur pour le plein-chant ; il y a, pour la musique, ton de chapelle & ton d’opéra ; ce dernier n’a rien de fixe, mais est ordinairement plus bas que l’autre qui se regle sur l’orgue.

3°. On fait encore porter le même nom de ton à un instrument qui sert à donner le ton de l’accord à tout un orchestre : cet instrument, que quelques-uns appellent aussi choriste, est un sifflet, qui, au moyen d’une maniere de piston gradué, par lequel on alonge ou raccourcit le tuyau à volonté, vous représente toujours à-peu-près le même son sous la même division. Mais cet à-peu-près qui dépend des variations de l’air, empêche qu’on ne puisse s’assurer d’un ton fixe qui soit toujours le même. Peut-être, depuis que le monde existe, n’a-t-on jamais concerté deux fois exactement sur le même ton. M. Diderot a donné les moyens de perfectionner le ton ; c’est-à-dire, d’avoir un son fixe avec beaucoup plus de précision, en remédiant aux effets des variations de l’air. Voyez Son fixe.

4°. Enfin, ton se prend pour le son de la note, ou corde principale qui sert de fondement à une piece de musique, & sur lequel on dirige l’harmonie, la mélodie & la modulation sur les tons des anciens. Voyez Mode.

Comme notre système moderne est composé de douze cordes ou sons différens, chacun de ces sons peut servir de fondement à un ton, & ce son fondamental s’appelle tonique. Ce sont donc déjà douze tons ; & comme le mode majeur & le mode mineur sont applicables à chaque ton, ce sont vingt-quatre modes dont notre musique est susceptible. Voyez Mode.

Ces tons different entre eux par les divers degrés d’élévation du grave à l’aigu qu’occupent leurs toniques. Ils different encore par les diverses altérations produites dans chaque ton par le tempérament ; de sorte que sur un clavessin bien accordé, une oreille exercée reconnoît sans peine un ton quelconque dont on lui fait entendre la modulation, & ces tons se reconnoissent également sur des clavessins accordés plus haut ou plus bas les uns que les autres ; ce qui montre que cette connoissance vient du-moins autant des diverses modifications que chaque ton reçoit de l’accord total, que du degré d’élévation que sa tonique occupe dans le clavier.

De-là naît une source de variétés & de beautés dans la modulation. De-là naît une diversité & une énergie admirable dans l’expression. De-là naît, en un mot, la faculté d’exciter des sentimens différens avec des accords semblables frappés en différens tons. Faut-il du grave, du majestueux ? l’f ut fa, & les tons majeurs par bémol l’exprimeront noblement. Veut-on animer l’auditeur par une musique gaie & brillante, prenez a-mi la majeur, d-la ré, en un mot, les tons majeurs par dièse. C-sol ut mineur porte la tendresse dans l’ame, f-ut fa mineur va jusqu’au lugubre & au desespoir. En un mot, chaque ton, chaque mode a son expression propre qu’il faut savoir connoître ; & c’est-là un des moyens qui rendent un habile compositeur, maître en quelque maniere des affections de ceux qui l’écoutent ; c’est une espece d’équivalent aux modes anciens, quoique fort éloigné de leur énergie & de leur variété.

C’est pourtant de cette agréable diversité que M. Rameau voudroit priver la musique, en ramenant, autant qu’il est en lui, une égalité & une monotonie entiere dans l’harmonie de chaque mode, par sa regle du tempérament, regle déjà si souvent proposée & abandonnée avant lui. Selon cet auteur, toute l’harmonie en seroit plus parfaite : il est certain cependant qu’on ne peut rien gagner d’un côté, par sa méthode, qu’on ne perde tout autant de l’autre. Et quand on supposeroit que la pureté de l’harmonie y profiteroit de quelque chose, ce que nous sommes bien éloignés de croire, cela nous dédommageroit-il de ce qu’elle nous feroit perdre du côté de l’expression ? Voyez Tempérament. (S)

Tons de l’église, (Musique.) ce sont des manieres déterminées de moduler le plein-chant sur divers sons fondamentaux, & selon certaines regles admises dans toutes les églises où l’on pratique le chant grégorien.

On compte ordinairement huit tons réguliers, dont il y en a quatre authentiques & quatre plagaux. On appelle tons authentiques, ceux où la finale occupe à-peu-près le plus bas degré du chant ; mais si le chant descend jusqu’à trois degrés plus bas que la finale, c’est-à-dire, jusqu’à ce qu’on appelle en Musique la dominante ; alors le ton est plagal : on voit qu’il n’y a pas grand mystere à ces mots scientifiques.

Les quatre tons authentiques ont leur finale à un degré l’un de l’autre, selon l’ordre des quatre notes ré, mi, fa, sol ; ainsi le premier ton de ces tons répondant au mode dorien des Grecs, le second répond au phrygien, le troisieme à l’éolien, & non pas au lydien, comme a dit M. l’abbé Brossard, & le dernier au mixo lydien. C’est S. Miroclet, évêque de Milan, ou selon l’opinion la plus reçue, S. Ambroise qui vers l’an 370, choisit ces quatre tons pour en composer le chant de l’église de Milan, & c’est ce qu’on croit le choix & l’approbation de ces deux grands hommes qui ont fait donner à ces quatre tons le nom d’authentiques.

Comme les sons employés dans ces quatre tons n’occupoient pas tout le disdiapason ou les quinze cordes de l’ancien système, S. Grégoire forma le projet de les employer toutes par l’addition des quatre nouveaux tons qu’on appelle plagaux, qui ont les mêmes finales que les précédens, & qui reviennent proprement à l’hypodorien, à l’hypophrygien, à l’hypoéolien & à l’hypomixolydien ; d’autres attribuent à Guy d’Arezzo l’invention de ce dernier.

C’est de-là que ces quatre tons authentiques ont chacun un ton plagal pour leur servir de collatéral ou supplément ; de sorte qu’après le premier ton qui est authentique, vient le second qui est son plagal, le troisieme authentique, le quatrieme plagal, & ainsi de suite. Ce qui fait que ces modes ou tons authentiques s’appellent aussi impairs & les plagaux pairs, eu égard à leur ordre dans la série des tons.

La connoissance du ton authentique ou plagal est essentielle pour celui qui donne le ton du chœur ; car s’il a à entonner dans un ton plagal, il doit prendre la finale à-peu-près dans le medium de la voix ; mais si le ton est authentique, la même finale doit être prise dans le bas. Faute de cette observation, on exposeroit les voix à se forcer, ou à n’être pas entendues.

Quelquefois on fait dans un même ton des transpositions à la quinte ; ainsi au-lieu de dans le premier ton, on aura pour finale le si pour le mi, l’ut pour le fa, & ainsi de suite ; mais si l’ordre de ces sons ne change pas, le ton ne change pas non plus, & ces transpositions ne se font que pour la commodité des voix : ce sont encore des observations à faire par l’organiste ou le chantre qui donne le ton.

Pour approprier autant qu’il est possible, l’intonation de tous ces tons à l’étendue d’une seule voix, les Organistes ont cherché les tons de la musique les plus propres à correspondre à ceux-là. Voici ceux qu’ils ont établis : on auroit pu les réduire encore à une moindre étendue, en mettant à l’unisson la plus haute corde de chaque ton, ou si l’on veut, celle qu’on rebat le plus, & qu’on appelle dominante, en terme de plein-chant. Mais on n’a pas trouvé que l’étendue de tous ces tons ainsi reglés excédoit celle de la voix humaine ; ainsi on n’a pas jugé à-propos de diminuer encore cette étendue par des transpositions qui se seroient trouvées à la fin plus difficiles & moins harmonieuses que celles qui sont en usage.

Premier ton, mineur.
Second ton, sol mineur.
Troisieme ton, la mineur ou mieux sol mineur.
Quatrieme ton, la mineur finissant sur la dominante, par cadence réguliere.
Cinquieme ton, ut mineur, ou mieux majeur.
Sixieme ton, fa majeur.
Septieme ton, majeur.
Huitieme ton, sol majeur, c’est-à-dire, faisant peu sentir le ton d’ut.

Au reste, les tons de l’église ne sont point asservis aux lois des tons de la Musique ; il n’y est point question de médiante ni de note sensible, & on y laisse les semi tons où ils se trouvent dans l’ordre naturel de l’échelle, pourvu seulement qu’ils ne produisent ni tri-tons ni fausse-quintes sur la tonique. (S)

Ton, (Lutherie.) instrument dont les Musiciens le servent pour trouver & donner le ton sur lequel on doit exécuter une piece de musique ; c’est une espece de flûte à bec représentée, Planche de Lutherie, figure 27. 8. laquelle n’a point de trous pour poser les doigts, mais seulement une ouverture E par laquelle on souffle, & une autre ouverture D qui est la lumiere & par où le son de l’instrument sort ; on fait entrer par le trou de la patte C une espece de piston ABC ; la partie AB de ce piston sert de poignée pour la pouvoir tenir & enfoncer à volonté : la tige BC est graduée par de petites marques ou lignes c d e f g, a b c qui répondent aux notes de la musique ; ensorte que si on enfonce le piston jusqu’à une de ces marques, par exemple, jusqu’à 9 qui répond à sol, l’instrument rendra alors un son qui sera la quinte du premier son qu’il rend, lorsque la premiere marque c ou c sol ut est à l’extrémité du corps DC de l’instrument. La formation du son dans le ton se rapporte à celle du son dans les tuyaux bouchés de l’orgue. Voyez l’article Bourdon de 16 piés & les figures.

Ton, (Marine.) c’est la partie du mât qui est comprise entre les barres de hune & le chouquet, & où s’assemblent par en-haut le bout du tenon du mât inférieur avec le mât supérieur, & cela par le moyen du chouquet ; & par en-bas, le pié du mât supérieur avec le tenon du mât inférieur, par le moyen d’une cheville de fer appellée clé.

Ton, (Peinture.) nom qui convient en peinture à toutes sortes de couleurs & à toutes sortes de teintes, soit qu’elles soient claires, brunes, vives, &c. Voyez Teinte. On dit tons clairs, tons bruns, tons vifs ; ces couleurs ne sont pas de même ton.

Ce terme a néanmoins une acception particuliere lorsqu’on y joint l’épithete de beau, de bon. Alors il signifie que les objets sont bien caractérisés par la couleur, relativement à leur position, & que de la composition de leurs tons résulte une harmonie satisfaisante. Vilains, mauvais tons, signifient que de leur assemblage résulte le contraire.

Ton, s. m. (Rubanerie.) c’est une grosse noix percée de plusieurs trous dans sa rondeur, & traversée de deux cordes qui tiennent de part & d’autre au métier, elle sert à bander ces deux cordes par une cheville ou bandoir qu’on enfonce dans un de ces trous, & qui mene la noix à discrétion. (D. J.)