L’Encyclopédie/1re édition/VALET

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  VALESIENS
VALETTE  ►

VALET, s. m. (Lang. franç.) le terme de valet a été autrefois un titre honorable. Les fils des empereurs étoient appellés varlets ou valets ; Villehardouin s’en sert en plusieurs endroits de son histoire de Constantinople. Fauchet & Pasquier nous apprennent, que les écuyers tranchans étoient appellés varlets. Duchène dans l’histoire de la maison de Richelieu, rapporte un titre de l’an 1201. dans lequel Guillaume Duplessis se qualifie de valet, qui signifie, dit l’historien, écuyer ou damoisel ; & il ajoute cette particularité, que les nobles qui s’intituloient valets, donnoient à connoître par-là, qu’étant issus de chevaliers, ils prétendoient à l’ordre de chevalerie obtenu par leurs peres. Il cite ensuite plusieurs titres anciens, où un particulier qualifié valet, se dit fils d’un chevalier. Gasse, ancien poëte, parlant du jeune Richard, duc de Normandie, dit :

Ni ere mie chevalier, encor ere valeton,
N’avoir encor envis ne barbe, ne guernon, &c.

Le valet au jeu de cartes, signifie le fils du roi & de la reine. Voyez M. du Cange sur Villehardouin, pag. 162. (D. J.)

Valet, Laquais, (Synon.) le mot de valet a un sens général, qu’on applique à tous ceux qui servent. Celui de laquais a un sens particulier, qui ne convient qu’à une sorte de domestiques. Le premier désigne proprement une personne de service ; & le second un homme de suite. L’un emporte une idée d’utilité, l’autre une idée d’ostentation. Voilà pourquoi il est plus honorable d’avoir un laquais que d’avoir un valet, & qu’on dit que le laquais ne déroge point à sa noblesse, au lieu que le valet-de-chambre y déroge, quoique la qualité & l’office de celui-ci soient au-dessus de l’autre.

Les princes & les gens de basse condition n’ont point de laquais ; mais les premiers ont des valets de pié, qui en font la fonction & qui en portoient même autrefois le nom ; & les seconds ont des valets de labeur.

Le mot laquais est moderne, & veut dire un homme servant à pié ; le mot valet est ancien, & se donna d’abord à des officiers honorables, comme valets tranchans, valets échansons : les écuyers portoient ce nom. Voyez-en l’article. (D. J.)

Valets d’artillerie, (Art milit.) ce sont des garçons qui servent les canonniers, chargent le canon, y mettent le feu, le nettoyent, & apportent aux canonniers tout ce qui leur est nécessaire.

Valet, s. m. terme de Marine, peloton fait de fil de carret sur le calibre des canons, pour bourrer la poudre quand on les charge. (D. J.)

Valet, terme de Maréchal, voyez Poinçon. Valet d’écurie, est celui qui a soin de panser, de nourrir & d’accommoder les chevaux.

Valets de chiens, terme de Venerie, ce sont ceux qui ont soin des chiens.

Valets de limiers, ce sont ceux qui vont au bois pour détourner les bêtes avec leurs limiers, & qui doivent en avoir soin & les dresser.

Valets de levriers, ce sont ceux qui ont le soin des levriers, qui les tiennent & les lâchent à la course.

Valet ou Varlet, s. m. (Outil d’ouvriers.) il y a plusieurs ouvriers qui se servent d’outils & d’instrumens qui ont ce nom, quoiqu’ils ne se ressemblent point. Ils sont tous néanmoins appellés de cette sorte, parce qu’ils tiennent lieu de valets ou serviteurs, pour tenir les ouvrages fermes, & dans la situation qui convient pour y travailler. (D. J.)

Valet, s. m. terme d’Artificier ; c’est un cylindre de bois solide, chargé de poudre & percé en plusieurs endroits, où l’on met des pétards. (D. J.)

Valet, terme de Corroyeur ; c’est ainsi qu’on appelle un instrument de fer avec lequel on attache le cuir sur la table, quand on veut l’étirer ou lui donner quelqu’autre façon. Voyez Corroyer, & la fig. Planche du Corroyeur.

Valet, en terme de Doreur, est un morceau de fer courbé à un bout presqu’en maniere d’S, dont on se sert pour contenir l’ouvrage sur l’établi. Voyez Établi ; voyez la figure & ces outils en particulier, Pl. du Menuisier.

Valet ou Sautoir, terme d’Horlogerie ; c’est une petite piece d’acier, qui dans la quadrature d’une montre ou pendule à répétition, contient l’étoile & par conséquent le limaçon des heures dans une situation fixe. Cette piece est mobile sur une tige qui entre dans un canon, situé vers son extrémité E. Elle porte deux talus formant entr’eux un angle que le petit ressort pousse toujours entre les rayons de l’étoile. Voyez E t a, fig. & Pl. de l’Horlogerie.

Effet du valet. Lorsque par l’action du rouage le bouton S de la surprise qui fait son tour en une heure, rencontre un des rayons de l’étoile, il la fait tourner, & la pointe S bande le petit ressort k, au moyen du talus t. Cette pointe en tournant toujours, parvient enfin au-delà de l’angle formé par les deux talus ; pour lors le valet agissant avec toute la force qui lui est communiquée par le ressort, pousse la pointe par l’autre talus u, jusqu’à ce que les rayons 5 & 6 de l’étoile, se trouvent dans la situation où étoient avant les rayons 6 & 7 ; il en est de même des autres rayons de l’étoile. Voyez Etoile, Quadrature, Répétition, &c.

Valet, s. m. terme de Manege, bâton qui à l’un de ses bouts a une pointe de fer émoussée ; on s’en sert pour aider & pincer un cheval sauteur. (D. J.)

Valet, (Outil de Menuisier.) c’est une forte piece de fer, ronde, de plus d’un pouce de diametre, & en tout à-peu-près de trois piés de longueur. Cette piece est pliée par un bout en forme d’équerre, non pas à angles droits, mais un peu aigus. (D. J.)

Valet, les Miroitiers appellent ainsi ce morceau de bois qui est attaché derriere un miroir de toilette, & qui sert à le soutenir quand on le pose sur la table.

Valet, (Serrur.) barre de fer qui sert à appuyer le battant d’une porte. Quand une porte a deux battans, il faut que l’un d’eux soit assuré par un valet, si l’on veut qu’elle ferme bien. (D. J.)

Valet, (Soierie.) espece de liteau, garni d’une cheville pour arrêter le battant en arriere quand on broche, & faciliter le passage des espolins. Il y a encore le valet de l’arbalete du battant ; c’est un morceau de bois servant à tordre la corde qui forme l’arbalete ; & le valet de derriere qui sert à soutenir le poids, ou la bascule qui tient la chaine tendue.

Valet a patin, (Instrument de Chirurgie) pincettes dont le bec alongé ressemble à celui d’une cane, qui servoient aux anciens pour faire la ligature des vaisseaux après l’amputation.

Cet instrument est composé principalement de deux branches ; l’une mâle & l’autre femelle. On peut diviser chaque branche en trois parties, qui sont le corps, l’extrémité antérieure & la postérieure.

Le corps de la branche mâle a en-dedans une avance plate, arrondie dans son contour, de quatre lignes de saillie, large d’un demi-pouce, & épaisse d’une ligne & demie. Cette éminence est percée dans son milieu, & on remarque à chaque côté de sa base, une échancrure sémi-lunaire ou ceintrée, creusée sur le ventre de la branche.

Le corps de la branche femelle porte intérieurement deux avances, dont les dimensions sont les mêmes que celles de la branche mâle ; elles sont percées dans leur milieu ; elles font sur les côtés & laissent entre elles une cavité ou mortaise, qui reçoit l’avance de la branche mâle, pour composer une charniere. La jonction des deux pieces est fixée par un clou rivé sur les éminences de la branche femelle.

L’extrémité antérieure de l’instrument, est la continuation des branches ; elles se jettent légérement en-dehors de la longueur d’un pouce quatre lignes, puis formant un coude très-mousse, elles diminuent considérablement d’épaisseur pour former le bec, qui a près d’un pouce de long, & qui est garni intérieurement de petites rainures & éminences transversales, qui se reçoivent mutuellement. V. la fig. 4. Pl. XVII.

L’extrémité postérieure est la continuation des branches qui se jettent beaucoup en-dehors ; ces branches diminuent d’épaisseur & augmentent en largeur, depuis le corps jusqu’à l’extrémité, afin de présenter une surface plus étendue, & d’être empoignée avec plus d’aisance : l’extrémité est un peu recourbée en-dedans.

Enfin il y a un double ressort, formé par un morceau d’acier plié en deux, dont la base est arrêtée par une vis sur la branche femelle, tout auprès de la charniere, & dont l’usage est d’écarter avec force les branches postérieures de l’instrument, pour que le bec pince sans risque de manquer prise.

On recommandoit de saisir avec le valet à patin, l’extrémité du vaisseau qu’on vouloit lier ; de laisser ensuite pendre l’instrument, & de faire la ligature avec le fil & l’aiguille, comme nous l’avons dit à l’article Amputation. Voyez aussi Ligature.

On ne se sert plus de cet instrument, du moins pour le cas en question. J’en ai donné la description, parce que je crois que cette espece de pinces n’est point inutile en Chirurgie. L’avantage qu’elle a sur toutes nos pincettes, c’est qu’au moyen de son ressort, on est dispensé du soin de serrer, & que l’on peut être assuré que ce qui a été bien saisi avec le valet à patin, n’échappera pas. (Y)