Le Coran (Traduction de Savary)/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Traduction de Claude-Étienne Savary.
LE CORAN,

traduit de l’arabe, accompagné de notes, précédé d’un abrégé de la vie de Mahomet, tiré des écrivains orientaux les plus estimés.

Seconde partie.
Réédition de 1821 (première édition en 1782).

Publié à Paris et Amsterdam par G. Dufour, Libraire.
◄  Chapitre LXXII Sourate 73 Chapitre LXXIV  ►


CHAPITRE LXXIII.
Le Prophète, revêtu de ses habits.
donné à La Mecque, composé de 20 versets.

Au nom de Dieu clément et miséricordieux.


O Toi qui es revêtu de tes habits [1] !

2Lève-toi pour prier pendant les ténèbres.

3Reste en prière jusqu’à minuit ou un peu moins.

4Redouble de ferveur et chante les hymnes du Coran.

5Nous te révélerons des vérités sublimes.

6A l’entrée de la nuit [2], on a plus de force pour concevoir, et plus de facilité pour s’exprimer.

7De longues occupations te retiennent pendant le jour.

8Souviens-toi du nom de Dieu. Quitte tout pour t’en entretenir.

9Il est le souverain de l’orient et de l’occident. Il est le Dieu unique. Prends-le pour protecteur.

10Souffre patiemment la calomnie. Sépare-toi des idolâtres avec gloire.

11Laisse-moi veiller sur les incrédules que j’ai comblés de richesses. Laisse-les quelque temps au sein du repos.

12Nous avons des chaînes pesantes, et des brasiers allumés.

13Nous avons une nourriture qui déchire les entrailles, et des tourmens douloureux.

14Un jour la terre sera ébranlée ; les montagnes réduites en poussière deviendront le jouet des vents.

15Nous vous avons envoyé un apôtre, ainsi qu’à Pharaon. Il témoignera contre vous.

16Pharaon se révolta contre notre ministre ; une punition terrible fut le prix de sa rébellion.

17Si vous êtes infidèles, comment éviterez-vous le jour où les cheveux des enfans blanchiront.

18Le firmament s’ouvrira ; les promesses de Dieu sont immuables.

19Je vous ai avertis, hâtez-vous, si vous voulez, de marcher dans le chemin du salut.

20Dieu sait que tu restes en prière jusqu’aux deux tiers, jusqu’à la moitié, ou au moins jusqu’au tiers de la nuit ; les croyans en font de même. Il sait que vous ne pouvez exactement compter le temps ; c’est pourquoi il use d’indulgence envers vous. Lisez du Coran ce qui vous sera le moins pénible. Il n’ignore pas qu’il y a parmi vous des infirmes, des fidèles qui voyagent pour se procurer l’abondance, d’autres qui combattent sous l’étendard de la foi. Lisez donc ce qui vous sera le moins pénible. Faites la prière. Payez le tribut sacré. Formez avec le Seigneur une alliance glorieuse. Vous trouverez dans ses mains le bien que vous aurez fait. Vous recevrez la récompense de vos vertus. Implorez l’indulgence du Seigneur ; il est indulgent et miséricordieux.


  1. O toi qui es revêtu de tes habits. Mahomets s’était enveloppé de son manteau à l’instant où Gabriel lui avait apporté une révélation. La crainte et le respect l’avaient fait se couvrir. Gelaleddin.
  2. Gelaleddin interprète ainsi ce passage :

    Lorsque le fidèle médite le Coran au commencement de la nuit toutes les facultés de son âme se réunissent, il conçoit mieux les versets qu’il lit, et les prononce avec plus de clarté. Maracci rejette cette interprétation, et prétend que pour entrer dans le sens du faux prophète, il serait mieux de dire : Certè in principio noctis majus robur, et vim habet homo ad fœminas premendas, et subagitandas, et as clarioribus verbis amores suos propandos. Maracci, réfutation du chapitre 73, page 759. C’est ainsi qu’il réfute le Coran et ses commentateurs.