Le Koran (Traduction de Kazimirski)/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Librairie Charpentier (p. 208-219).

CHAPITRE XVI.

L’ABEILLE[1].


Donné à La Mecque. — 128 versets.


Au nom du Dieu clément et miséricordieux


  1. Les arrêts de Dieu s’accompliront. Ne les hâtez pas. Gloire à lui ! il est trop au-dessus des divinités qu’on lui associe.
  2. Par sa volonté il fait descendre les anges avec l’esprit de Dieu sur celui qu’il veut d’entre ses serviteurs. Il leur dit : Avertissez les hommes qu’il n’y a point d’autre dieu que moi. Craignez-moi.
  3. Il a créé les cieux et la terre pour la vérité[2] ; il est trop au-dessus des divinités qu’on lui associe.
  4. Il a créé l’homme d’une goutte de sperme, et voilà que l’homme dispute ouvertement[3].
  5. Il a créé sur la terre les bêtes de somme ; Vous en tirez vos vêtements et d’autres avantages encore ; Vous vous en nourrissez.
  6. Vous y trouvez de l’éclat quand vous les ramenez le soir, et quand vous les lâchez le matin pour le pâturage[4].
  7. Elles portent vos fardeaux dans des pays que vous n’atteindriez, sans elles, qu’avec beaucoup de peine. Certes votre Seigneur est plein de bonté et de miséricorde.
  8. Il vous a donné des chevaux, des mulets, des ânes, pour vous servir de monture et d’apparat. Il a créé des choses que vous ne connaissez pas.
  9. Il se charge de la direction du chemin. Il y en a qui s’en éloignent. S’il le voulait, il vous dirigerait tous.
  10. C’est lui qui fait descendre du ciel l’eau qui vous sert de boisson, et qui fait croître les plantes dont vous nourrissez vos troupeaux.
  11. Au moyen de l’eau, il fait germer les blés, l’olive, le palmier, la vigne et toute sorte de fruits. Il y a dans ceci des signes pour ceux qui réfléchissent.
  12. Il vous a soumis la nuit et le jour ; le soleil et la lune et les étoiles vous sont soumis en vertu de ses ordres. Il y a dans ceci des signes pour ceux qui ont de l’intelligence.
  13. Il en est ainsi de tout ce qu’il a crée d`espèces différentes[5] sur la terre. Il y a dans ceci des signes pour ceux qui y songent.
  14. C’est lui qui vous a soumis la mer ; vous en mangez des chairs fraîches, vous en retirez des ornements dont vous vous parez. Vous voyez les vaisseaux fendre les flots pour demander à Dieu des trésors de sa bonté. Peut-être serez-vous reconnaissants.
  15. Il a établi de hautes montagnes sur la terre, afin qu’elles se meuvent avec vous[6] ; il a tracé des fleuves et des chemins, afin que vous soyez dirigés dans votre marche.
  16. Il a posé des signes de routes[7]. Les hommes se dirigent aussi d’après les étoiles.
  17. Celui qui crée sera-t-il semblable à celui qui ne crée rien ? N’y réfléchirez-vous pas ?
  18. Et si vous voulez compter les bienfaits de Dieu, dites, êtes-vous capables de les énumérer ? Il est indulgent et miséricordieux.
  19. Dieu connaît ce que vous cachez et ce que vous produisez au grand jour.
  20. Les dieux qu’ils invoquent ne peuvent rien créer, et sont créés eux-mêmes.
  21. Êtres morts, dépourvus de vie, ils ne savent point
  22. Quand ils seront ressuscités.
  23. Votre Dieu est le Dieu unique ; ceux qui ne croient pas à la vie future ont des cœurs qui nient tout et s’enflent d’orgueil.
  24. Certainement Dieu connaît ce qu’ils cachent et ce qu’ils produisent au grand jour.
  25. Il n’aime pas les orgueilleux.
  26. Quand on leur demande : Qu’est-ce que Dieu vous a envoyé d’en haut ? Ils disent : Ce sont des contes des anciens.
  27. Ils porteront tous le fardeau de leurs propres œuvres et le fardeau de ceux qu’ils ont égarés, ignorants qu’ils étaient eux-mêmes[8]. Quel insupportable fardeau que le leur !
  28. Leurs devanciers avaient agi avec ruse[9]. Dieu attaqua leur édifice par les fondements ; le toit s’écroula sur leurs têtes, et le châtiment les surprit du côté où ils ne s’attendaient pas.
  29. Ils les couvrira d’opprobre au jour de la résurrection. Il leur demandera : Où sont donc mes associes qui ont été le sujet de vos scissions ? Ceux qui ont reçu la science s’écrieront : Aujourd’hui l’ignominie et le supplice tomberont sur les infidèles.
  30. Ceux que les anges de la mort recueilleront à l’heure de la mort offriront leur soumission et diront : Nous n’avons fait aucun mal. — Oui, certes, vous l’avez ; fait, diront les anges, et Dieu sait bien ce que vous avez fait.
  31. Entrez dans les portes de la géhenne, vous y resterez éternellement. Qu’il est détestable le séjour des orgueilleux !
  32. On dira à ceux qui ont craint Dieu : Qu’est-ce que votre Seigneur vous a accordé ? — Il a accordé toute sorte de bienfaits dans ce monde à ceux qui ont fait le bien ; mais la vie future en est encore un plus grand. Quel beau séjour que celui des hommes pieux !
  33. Des jardins d’Eden où ils seront introduits, des rivières y coulent, et ils y trouveront tout ce qu’ils désireront. C’est ainsi que Dieu récompense ceux qui le craignent.
  34. Ceux-ci seront bien à leur aise au moment où les anges, en les recueillant à l’heure de la mort, leur diront : Que la paix soit sur vous ! Entrez dans le paradis pour prix de vos œuvres.
  35. Les infidèles attendent-ils que les anges les surprennent, ou que les arrêts de Dieu s’accomplissent ? Ainsi ont agi leurs devanciers. Ce n’est pas à Dieu qu’ils ont fait du mal, mais à eux-mêmes.
  36. Les crimes qu’ils avaient commis retombèrent sur eux, et ce châtiment qui était l’objet de leurs railleries les a environné de tous côtés.
  37. Ceux qui associent d’autres divinités à Dieu disent : Si Dieu avait voulu, nous et nos pères, nous n’aurions adoré que lui seul ; nous n’aurions interdit l’usage que de ce que lui-même aurait interdit. Ceux qui les ont précédés ont agi de même. Les apôtres ne sont tenus que de prêcher ouvertement.
  38. Nous avons envoyé des apôtres vers chaque peuple en disant : Adorez Dieu et évitez le Thaghout[10]. Il y en eut parmi eux que Dieu a dirigés ; il y en eut d’autres qui ont été destinés à l’égarement. Parcourez la terre, et voyez quelle a été la fin de ceux qui ont traité les apôtres de menteurs.
  39. Si tu désires qu’ils soient dirigés, sache que Dieu ne dirige plus celui qu’il a égaré, ils n’auront aucun protecteur.
  40. Ils jurent par le nom de Dieu de leurs serments les plus solennels, qu’il ne ressuscitera plus celui qui sera mort une fois. — Oui, il le fera, en vertu de sa promesse vraie qui est à sa charge ; mais la plupart des hommes ne le savent pas.
  41. Il le fera ’ pour leur montrer clairement ce qui était le sujet de leurs disputes, et afin que les infidèles reconnaissent qu’ils en avaient menti.
  42. Quelle est notre parole quand nous voulons qu’une chose existe ? Nous disons : Sois, et elle est.
  43. Nous donnerons une habitation honorable à ceux qui ont quitté leur pays pour Dieu après avoir souffert l’oppression. Mais la récompense de la vie future est encore plus magnifique. Oh ! s’ils le savaient.
  44. Ceux qui supportent les maux avec patience et qui mettent leur confiance en Dieu !
  45. Nous n’avons envoyé avant toi que des hommes que nous avions inspirés. Demandez-le aux hommes des Ecritures, si vous ne le savez pas.
  46. Nous les avons envoyés avec des miracles et des livres. A toi aussi nous avons donné un livre, afin que tu expliques aux hommes ce qui leur a été envoyé, et afin qu’ils, réfléchissent.
  47. Ceux qui ont méchamment employé des ruses sont-ils sûrs que Dieu ne les fera pas engloutir par la terre, ou qu’un châtiment terrible ne viendra pas les surprendre là où ils ne s’y attendront pas ?
  48. Qu’il ne les surprendra pas pendant leurs allées et venues, pendant qu’ils ne sauraient affaiblir son action ?
  49. Ou qu’il ne les châtiera pas par un dépérissement graduel[11] ? Mais Dieu est plein de bonté et de miséricorde.
  50. N’ont-ils pas vu que tout ce que Dieu a créé incline son ombre à droite et à gauche pour l’adorer, pour se prosterner devant lui ?
  51. Devant Dieu se prosterne tout ce qui est dans les cieux et sur la terre : les animaux comme les anges, tous dépouillent leur orgueil.
  52. Tous craignent leur Seigneur, de peur qu’il ne fonde d’en haut, et font tout ce qu’il leur ordonne.’
  53. Dieu a dit : N’adorez point deux dieux, car lui est un Dieu unique. Craignez-moi donc.
  54. A lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Un culte perpétuel lui est dû. Craignez-vous un autre que Dieu ?
  55. Tous les biens dont vous jouissez viennent de lui. Qu’un malheur vous atteigne, c’est à lui que vous adressez vos supplications.
  56. Mais aussitôt qu’il vous a délivrés du mal, une partie d’entre vous donnent des compagnons à leur Seigneur,
  57. Pour nier le bien que nous leur avons fait. Jouissez ; bientôt vous saurez la vérité.
  58. Ils affectent une portion des biens que nous leur accordons à des êtres qu’ils ne connaissent pas. J’en jure par Dieu, on vous demandera compte de ce que vous inventez.
  59. Ils attribuent des filles à Dieu[12]. Gloire à lui[13] ! et ils n’en désirent pas pour eux-mêmes.
  60. Si l’on annonce à quelqu’un d’entre eux la naissance d’une fille, son visage s’obscurcit, et il devient comme suffoqué par la douleur.
  61. Il se cache des siens, à cause de la désastreuse nouvelle. Doit-il la garder et en subir la honte, ou l’ensevelir dans la poussière ? Que leurs jugements sont déraisonnables [14] !
  62. Ceux qui ne croient pas a la vie future, assimilez-les à tout ce qui est mauvais. Mais Dieu, assimilez-le à tout ce qu’il y a de plus élevé. Il est le Sage, le Puissant.
  63. Si Dieu voulait châtier les hommes de leur perversité, il ne laisserait aucune créature vivante sur la terre ; mais il leur accorde un délai jusqu’au terme marqué. Lorsque le terme sera arrivé, ils ne sauront ni le retarder ni l’avancer d’un seul instant.
  64. Ils attribuent à Dieu ce qu’ils abhorrent eux-mêmes ; leurs langues profèrent un mensonge quand ils disent qu’une belle récompense leur est réservée. En vérité, ce qui leur est réservé, c’est le feu. Ils y seront précipités les premiers.
  65. J’en jure par Dieu, nous avons envoyé avant toi des apôtres aux différents peuples. Satan leur avait préparé leurs actions. Aujourd’hui il est leur patron ; mais un châtiment douloureux les attend.
  66. Nous t’avons envoyé le Livre afin que tu expliques ce qui est le sujet de leurs controverses, afin qu’il serve de direction et de preuve de notre miséricorde envers ceux qui croient.
  67. Dieu envoie du ciel l’eau par laquelle il rend la vie à la terre quand elle est morte. Il y a dans ceci un signe pour ceux qui écoutent.
  68. Vous trouverez dans les animaux des signes propres a vous instruire. Nous vous faisons boire ce qui, dans leurs entrailles, est entre les aliments élaborés et le sang : c’est le lait pur, d’une absorption si douce pour ceux qui le boivent.
  69. Parmi les fruits, vous avez le palmier et la vigne, d’où vous retirez une boisson enivrante et une nourriture agréable. Il y a dans ceci des signes pour ceux qui entendent.
  70. Ton Seigneur a fait cette révélation à l’ABEILLE : Cherche-toi des maisons dans les montagnes, dans les arbres, et dans les constructions des hommes.
  71. Nourris-toi de toute sorte de fruits, et chemine dans les chemins frayés par ton Seigneur. De leurs entrailles (des entrailles des abeilles) sort une liqueur de différentes espèces[15] ; elle contient un remède pour les hommes. Certes il y a dans ceci des signes pour ceux qui réfléchissent.
  72. Dieu vous a créés, et il vous recueillera chez lui. Tel d’entre vous parviendra à l’âge de décrépitude[16], au point qu’il ne saura rien de ce qu’il avait su[17]. Dieu est savant et puissant.
  73. Dieu vous a favorisés les uns plus que les autres dans la distribution de ses dons. Mais ceux qui ont été favorisés font-ils participer à ces biens leurs esclaves[18], au point que tous y aient une part égale ? Nieront-ils les bienfaits de Dieu ?
  74. Dieu vous a choisi des épouses de votre race. De vos épouses il vous donne des fils et des petits-fils ; il vous nourrit de mets délicieux. Croiront-ils en des divinités mensongères, et seront-ils ingrats envers les bienfaits de Dieu ?
  75. Adoreront-ils à coté de Dieu des êtres qui ne peuvent leur procurer aucune nourriture du ciel ni de la terre, et qui ne peuvent rien ?
  76. Ne prenez point Dieu pour objet de vos comparaisons. Dieu sait tout, et vous ne savez rien.
  77. Dieu vous propose pour objet. de comparaison un homme esclave qui ne dispose de rien, et un autre homme a qui nous avons accordé une ample subsistance, et qui en distribue une partie en aumônes publiquement et secrètement ; ces deux hommes sont-ils égaux ? Non, grâce à Dieu ; mais la plupart d’entre eux n’entendent rien.
  78. Dieu vous propose encore pour objet de comparaison deux hommes, dont l’un est muet de naissance. et qui ne peut rien entendre, et qui est un fardeau pour son maître ; quelque part qu’il l’envoie, celui-ci ne lui rapportera rien de bon : un tel homme peut-il aller de pair avec un homme qui commande selon toute justice et marche dans la droite voie[19] ?
  79. Les secrets des cieux et de la terre appartiennent à Dieu. La venue[20] de l’heure est comme un clin d’œil, ou peut-être plus proche encore, car Dieu est tout-puissant.
  80. Dieu vous fait sortir des entrailles de vos mères, dénués de toute connaissance ; puis il vous donné l’ouïe, la vue et l’intelligence, afin que vous soyez reconnaissants.
  81. Avez-vous jeté un regard sur les oiseaux assujettis à la volonté de Dieu au milieu de l’espace des cieux ? Quel autre que Dieu a le pouvoir sur eux ? Certes il y a dans ceci des signes pour ceux qui savent comprendre.
  82. Dieu vous donne vos tentes[21] pour demeures ; il vous donne pour tentes des peaux de bestiaux, que vous pouvez porter facilement quand vous vous mettez en marché ou quand vous vous arrêtez ; il vous a créé de la laine, du poil et du crin de votre bétail, des hardes et des ustensiles, pour un usage temporaire.
  83. Dieu vous a procuré, parmi les objets de sa création, des ombrages ; il vous a donné des montagnes pour retraites, des vêtements qui vous abritent contre les chaleurs, et des vêtements qui vous garantissent contre la violence des coups que vous vous portez les uns aux autres : c’est ainsi qu’il vous comble de ses bienfaits, afin que vous vous résigniez à sa volonté.
  84. Si les Arabes te tournent le dos, qu’importe ! O Mohammed ! tu n’es chargé que de la prédication ouverte.
  85. Ils connaissent les bienfaits de Dieu, et puis les méconnaissent. La plupart d’entre eux sont infidèles.
  86. Un jour nous susciterons un témoin pour chaque nation ; alors on ne permettra point aux infidèles de faire valoir des excuses[22], et ils ne seront point accueillis.
  87. Alors les méchants verront de leurs yeux le supplice qu’ils ne sauront adoucir. Dieu ne daignera pas même jeter un regard sur eux.
  88. Les idolâtres apercevront leurs compagnons, ces divinités qu’ils associent à Dieu, et diront : Seigneur, voici nos compagnons que nous adorions à côté de toi ; mais ceux-ci leur répondront : Vous n’êtes que des menteurs[23].
  89. Ce jour-là les idolâtres offriront leur soumission à Dieu, et les divinités qu’ils avaient inventées disparaîtront.
  90. Nous ferons subir châtiment sur châtiment, pour prix de leur méchanceté, a ceux qui n’ont point cru et qui ont détourné les autres du droit chemin.
  91. Un jour nous susciterons du sein de chaque peuple un témoin qui déposera contre lui ; et toi, ô Mohammed ! nous t’instituerons témoin chargé de déposer contre les Arabes, car nous t’avons donné un livre qui contient l’explication de toute chose, qui est une preuve de notre miséricorde, qui sert de direction et annonce d’heureuses nouvelles à ceux qui se résignent à la volonté Dieu.
  92. Dieu commande la justice et la bienfaisance, la libéralité envers ses parents ; il défend la turpitude[24] et l’iniquité, et l’injustice ; il vous avertit, afin que vous réfléchissiez.
  93. Soyez fidèles au pacte de Dieu, vous qui l’avez conclu ; ne violez point les serments que vous avez faits solennellement. Vous avez pris Dieu pour caution, et il sait ce`que vous faites.
  94. Ne ressemblez point a cette femme qui a défait le fil qu’elle avait tordu solidement, ne faites point entre vous de serments perfides, parce que vous voyez qu’une troupe d’entre vous se trouve être plus nombreuse qu’une autre[25]. Dieu cherche à vous éprouver à cet égard ; mais, au jour de la résurrection, il vous rappellera l’objet de vos différends.
  95. Si Dieu avait voulu, il aurait fait de vous un seul peuple ; mais il égare celui qu’il veut, et dirige celui qu’il veut : un jour on vous demandera compte de vos actions.
  96. Ne vous servez point de vos serments comme d’un moyen de fraude, de peur que vos pieds, fermement posés, ne viennent à glisser, et que vous n’éprouviez le châtiment pour avoir détourné les autres du sentier de Dieu. Un supplice terrible vous serait réservé.
  97. N’allez point acheter avec le pacte de Dieu un objet d’infime valeur. Ce que Dieu tient en réserve vous sera plus avantageux, si vous avez de l’intelligence.
  98. Ce que vous possédez passe, et ce qui est auprès de Dieu reste. Nous donnerons aux persévérants la récompense qui leur est due, la récompense plus conforme à leurs œuvres.
  99. Quiconque fait une bonne action, et qui est en même temps croyant, qu’il soit homme ou femme, nous lui accorderons une vie heureuse, et nous lui accorderons la plus belle récompense digne de ses œuvres.
  100. Quand tu lis le Koran, cherche auprès de Dieu un refuge contre Satan le maudit[26].
  101. Satan n’a point de pouvoir sur ceux qui croient et qui mettent leur confiance en Dieu.
  102. Son pouvoir s’étend sur ceux qui s’éloignent de Dieu et qui lui associent d’autres divinités.
  103. Si nous remplaçons dans ce Koran un verset par un autre (Dieu connaît mieux que qui que ce soit ce qu’il révèle), ils disent que tu l’inventes toi-même. Non ; mais la plupart d’entre eux ne savent rien.
  104. Dis-leur que l’Esprit de sainteté te l’a réellement apporté de la part de ton Seigneur pour affermir les croyants, pour les diriger, et pour annoncer d’heureuses nouvelles aux musulmans.
  105. Nous savons bien qu’ils disent : Un homme l’instruit. — La langue de celui qu’ils veulent indiquer indirectement[27] est une langue barbare, tandis que le Koran est un livre arabe clair.
  106. Certes Dieu ne dirige point ceux qui ne croient point en ses signes ; un châtiment cruel leur est réservé.
  107. Ceux qui ne croient point aux signes de Dieu commettent un mensonge ; ils sont des menteurs.
  108. Quiconque, après avoir cru, redevient infidèle, s’il y est contraint par la force, et si son cœur persévère dans la foi[28], n’est pas coupable ; mais la colère de Dieu s’appesantira sur celui qui ouvre son cœur a l’infidélité, et un châtiment terrible l’attend.
  109. Et cela pour prix de ce que les infidèles ont préféré la vie de ce monde à celle de l’autre. Dieu ne dirige point les infidèles.
  110. Ce sont ceux sur les cœurs, les yeux et les oreilles de qui Dieu a apposé un sceau. Ils ne se doutent de rien, et certes ils seront les malheureux de l’autre monde.
  111. Mais Dieu est indulgent et plein de miséricorde pour ceux qui ont quitté leur pays après y avoir subi des épreuves, qui depuis ont combattu pour la cause de Dieu et supporté tout avec patience.
  112. Le jour viendra où toute âme plaidera pour elle-même, et où elle sera rétribuée selon ses œuvres, où nul ne sera lésé.
  113. Dieu vous propose pour objet de comparaison une ville qui jouissait de la sécurité et de la tranquillité. Dieu lui avait donné de la nourriture en abondance ; mais elle se montra ingrate envers les bienfaits de Dieu, et il l’a frappée de la faim et de la terreur pour prix des œuvres de ses habitants[29].
  114. Un apôtre se leva au milieu d’eux, et ils le tra1tèrent d’imposteur ; le châtiment de Dieu les saisit parce qu’ils étaient injustes.
  115. Nourrissez-vous des aliments que Dieu vous accorde, des aliments licites et bons, et soyez reconnaissants pour les bienfaits de Dieu, si c’est lui que vous adorez.
  116. Il vous a défendu de vous nourrir de la chair de bêtes mortes, de sang et de la chair de porc, ainsi que de toute nourriture sur laquelle on aurait invoqué un autre nom que celui de Dieu ; mais. si quelqu’un y est contraint. s’il ne le fait pas comme transgresseur réfléchi et comme rebelle, Dieu est indulgent et miséricordieux ; il le lui pardonnera.
  117. Ne dites point : Ceci est licite et ceci est illicite, selon que vos langues sont portées au mensonge ; vous imputeriez un mensonge à Dieu ; car ceux qui imputent un mensonge à Dieu ne prospèrent point.
  118. C’est une jouissance de peu de durée, pendant que leur châtiment sera. douloureux.
  119. Nous avions défendu aux juifs les mets dont nous t’avons instruit précédemment : nous ne les avons point traités injustement ; ce sont eux qui ont agi injustement envers eux-mêmes.
  120. Pour ceux qui auraient commis une mauvaise action par ignorance, mais qui reviendraient à Dieu et se corrigeraient, Dieu sera indulgent et miséricordieux.
  121. Abraham était un homme[30] soumis à Dieu, vrai croyant ; il n’était point du nombre des idolâtres.
  122. Il était reconnaissant pour ses bienfaits ; Dieu l’avait élu et dirigé dans la voie droite.
  123. Nous lui accordâmes une belle récompense dans ce monde, et il est au nombre des justes dans l’autre.
  124. Nous t’avons révélé que tu as à suivre la religion d’Abra qui était vrai croyant, et n’était point du nombre du idolâtres.
  125. Le sabbat a été institué pour ceux qui se sont divisés à son sujet[31]. Dieu prononcera entre eux au jour de la résurrection sur leurs différends.
  126. Appelle les hommes dans le sentier de Dieu par la sagesse et par des admonitions douces ; si tu entres en dispute avec eux, fais-le de la manière la plus honnête ; car ton Seigneur connait le mieux ceux qui dévient de son sentier et ceux qui suivent le droit chemin.
  127. Quand vous exercez des représailles, qu’elles soient pareilles aux offenses que vous avez éprouvées ; Mais, si vous préférez les supporter avec patience, cela profitera mieux à ceux qui auront souffert avec patience.
  128. Prends donc patience ; Mais la patience ne te sera possible qu’avec l’aide de Dieu. Ne t’afflige point à cause d’eux ; que ton cœur ne soit pas dans l’angoisse s cause de leurs machinations, car Dieu est avec ceux qui le craignent et font le bien.

  1. Le titre de cette sourate est pris du verset 70.
  2. Nous dirons ici une fois pour toutes que les mots bilhakki, pour la vérité, qui reviennent si souvent dans le Koran, veulent dire : en toute vérité, sérieusement, en opposition à bilbathili, en vain, et comme pour s’en faire un jeu.
  3. Ceci est une allusion à un Arabe idolâtre qui apporta un os rongé par la carie, et demanda à Mahomet s’il était possible qu’un os pourri fût restitué il la vie et que les morts fussent ressuscités.
  4. Il y a dans le texte : Pour y trouvez du beau pour vous ; par là Mahomet veut dire que ceux qui possèdent des troupeaux trouvent de quoi s’enorgueillir quand ils les réunissent autour de leurs habitations.
  5. D’espèces différentes. On peut aussi traduire : de couleurs différentes.
  6. Ce passage, à cause de la particule an, peut se traduire encore : il a établi des montagnes (ou des bases solides), afin que la terre ne s’échappe pas.
  7. Dans le désert, les Arabes n’ont souvent pas d’autre moyen de s’orienter que de grands blocs de pierres, des tas de pierres jetés çà et là.
  8. Mot à mot : sans science, c’est-à-dire sans avoir par devers eux la science nécessaire pour diriger les autres.
  9. Selon les commentateurs, ces mots sont une allusion il Nemrod, fils de Canaan, qui a bâti un palais à Babel, haut de cinq mille coudées, pour observer de là ce qui se passait au ciel. Dieu a détruit cet édifice par une tempête.
  10. Nom d’une divinité chez les Arabes idolâtres.
  11. C’est le sens du mot tekawwouf.
  12. Les Arabes idolâtres regardaient les anges comme des filles de Dieu.
  13. Nous avons déjà dit que les mots : gloire à lui, sont mis dans le Koran toutes les fois qu’on cite quelque blasphème, quelque opinion étrange sur Dieu.
  14. Les Arabes idolâtres regardaient comme un malheur la naissance d’une fille ; ils avaient même coutume de les enterrer vives.
  15. Ou de différentes couleurs , le miel étant tantôt rouge, tantôt jaune et tantôt blanc.
  16. Mot à mot : tel d’entre vous est porté au plus bas âge , c’est-à-dire à la vieillesse faible et impuissante.
  17. C’est-à-dire, il tombera en enfance, et oubliera tout ce qu’il avait su.
  18. Mot à mot : ce que leurs mains droites ont acquis. C’est ainsi qu’on désigne les esclaves achetés et les captifs.
  19. La parabole de l’esclave du verset précédent, et de l’h0mme muet de celui-ci, s’appliquent aux idoles et à leur inutilité pour l’homme.
  20. Mot à mot : l’affaire de l’heure, c’est-à-dire du jour de la résurrection.
  21. Le mot beït, en arabe, veut dire tente ou toute autre habitation.
  22. Le texte arabe porte que ces mots : et il ne leur sera pas donné de permission (de congé)· ; les commentateurs y suppléent par les mots : de présenter des excuses, ou de retourner sur la terre pour mieux vivre.
  23. C’est-à-dire : les divinités chimériques s’empresseront elles-mêmes de désavouer toute prétention de se croire égales à Dieu.
  24. Nous traduisons ainsi partout le mot arabe fahcha ou fahicha, qui s’applique à tout péché charnel.
  25. Mahomet reproche ici aux Arabes leur mauvaise foi dans les traités, qu’ils ne regardaient comme obligatoires que lorsqu’ils étaient les plus faibles.
  26. Mot à mot : le lapidé. Il arriva plus d’une fois à Mahomet de prononcer des blasphèmes ou des paroles futiles au milieu des plus graves discours ou des prières ; il attribuait ces écarts à l’action du diable. Pour se prémunir contre ce danger, il ordonne d’invoquer l’assistance de Dieu ; c’est ce que font les musulmans, en prononçant, avant la prière, ces mots : Je me réfugie auprès de Dieu contre Satan le lapidé. Au sujet de cette épithète, voy. chap. III, 34.
  27. Cet homme qui était censé instruire Mahomet dans la Bible, était selon les uns Djebr-er-Roumi, c’est-à-dire grec, ou romain d’Orient, esclave d’Amir de Hadramaut ; selon d’autres, Mahomet était accusé par les Arabes de puiser ses prétendues révélations chez deux individus, Djebr et Yesar, fabricants de sabres établis à la Mecque, adonnés à la lecture du Pentateuque et de l’Évangile : selon d’autres, c’était Salman le persan, un des hommes les plus dévoués à Mahomet et à sa famille. Ce passage prouve, dans tous les cas, que la personne à laquelle les Arabes faisaient allusion, était un étranger. L’expression langue barbare est l’équivalent du mot adjemi, qui se dit de tout idiome non arabe.
  28. Proprement, rassuré, tranquillisé par la foi, c’est l’expression dont on se sert toujours en parlant de musulmans qui par crainte ont embrassé une autre religion quoique au fond ils soient musulmans.
  29. Mot à mot : il la revêtit du vêtement de la faim, etc.
  30. Il y a dans le texte : Abraham était un peuple, c’est-à-dire la nation d’Abraham dont les Koreïchites idolâtres prétendaient tirer leur origine.
  31. C’est-à-dire, le sabbat a été institué pour les juifs.