100%.png

Les Troubadours, leurs vies, leurs œuvres, leur influence

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Les Troubadours
Leurs vies — Leurs œuvres — Leur influence
Librairie Armand Colin.



TABLE DES MATIÈRES


INTRODUCTION
La civilisation gallo-romaine. — Maintien de traditions artistiques et littéraires. — Les limites de la langue d’oc. — Les origines « limousines » de la poésie des troubadours. — La période préparatoire (xie s.). — Le premier troubadour. — Caractère artistique et aristocratique de la poésie des troubadours. — Germes de faiblesse et de décadence. — Aperçu sommaire de son histoire. — Grandes divisions. — Comparaison avec la poésie de langue d’oïl. 
 1
CONDITION DES TROUBADOURS
LÉGENDES ET RÉALITÉ
TROUBADOURS ET JONGLEURS
Troubadours d’origine noble, bourgeoise. — Poétesses provençales. — Les protecteurs des troubadours. — Sources de leurs biographies. — Nostradamus. Biographies de Bernard de Ventadour, de Guillem de Capestang, de Jaufre Rudel, de Peire Vidal, de Guillem de la Tour, de Giraut de Bornelh. — Légendes et réalité. — Jongleurs et troubadours. 
 26
L’ART DES TROUBADOURS. LES GENRES
La poésie des troubadours est essentiellement lyrique. — Écoles de poésie ? — Le culte de la forme. — Le « trobar clus » ; admiration de Dante et de Pétrarque pour Arnaut Daniel. — La musique des troubadours. — Les genres : la chanson, le sirventés, la tenson, la pastourelle, l’aube. — Autres genres. 
 50
LA DOCTRINE DE L’AMOUR COURTOIS
COURS D’AMOUR
La doctrine de l’amour courtois : son originalité. — L’amour est un culte. — Le « service amoureux » imité du « service féodal ». — La discrétion ; les pseudonymes : les hommages des troubadours ne s’adressent qu’aux femmes mariées. — La patience vertu essentielle. — L’amour est la source de la perfection littéraire et morale. — L’orthodoxie amoureuse chez le troubadour Rigaut de Barbezieux. — Les cours d’amour d’après Nostradamus et Raynouard. 
 74
LES PRINCIPAUX TROUBADOURS :
PREMIÈRE PÉRIODE
Marcabrun : sa conception de l’amour ; un troubadour « misogyne » — Jaufre Rudel : son amour pour la « Princesse Lointaine ». — Bernard de Ventadour. — Sa conception de la vie. — Sa brouille avec le seigneur de Ventadour. — Son séjour auprès d’Éléonore d’Aquitaine ; auprès du comte de Toulouse, Raimon V. — Originalité de Bernard de Ventadour. 
 100
LA PÉRIODE CLASSIQUE
La période « classique ». — Arnaut de Mareuil, ; tendance à la poésie morale et didactique. — Giraut de Bornelh. — Sa manière. — La poésie morale. — Le poète de la « droiture ». — Arnaut Daniel ; Dante. — Le « style obscur ». — Bertran de Born ; le sirventés politique ; la poésie de la guerre. 
 123
LA PÉRIODE CLASSIQUE (suite).
Raimbaut d’Orange et la comtesse de Die. — Sincérité des poétesses provençales et de la comtesse de Die en particulier. — Pierre d’Auvergne. — La satire littéraire. — Le message du rossignol. — Peire Vidal. — Une vie originale. — Folquet de Marseille. — Folquet évêque de Toulouse et les hérétiques albigeois. 
 148
LA PÉRIODE ALBIGEOISE : PEIRE CARDENAL
Débuts de la décadence. — Les causes. — La croisade contre les Albigeois. — Raimon de Miraval. — La Chanson de la Croisade. — Bernard Sicard de Marvejols. — Peire Cardenal. — Ses attaques contre les femmes et l’amour. — La satire morale et sociale. — Satires contre les croisés et contre le clergé. — L’anticléricalisme de Peire Cardenal. — Satire contre la papauté : Guillem Figueira. — Défense de la papauté : Dame Gormonde, de Montpellier. 
 172
LA POÉSIE RELIGIEUSE
Le paganisme de la poésie des troubadours. — La morale. — La conception de la Divinité. — Chants de repentir : Guillaume de Poitiers. — Pierre d’Auvergne. — Les chansons de croisade. — Les plaintes funèbres. — Folquet de Marseille. — Les poésies religieuses de Peire Cardenal. — Ses poésies à la Vierge. — Saint Dominique et les Frères Prêcheurs. — Développement des poésies à la Vierge. — Transformation de la lyrique courtoise en lyrique religieuse : Lanfranc Cigala, Guiraut Riquier, Folquet de Lunel. 
 196
LES TROUBADOURS EN ITALIE
Relations entre le Midi de la France et le Nord de l’Italie. — Raimbaut de Vaquières et le marquis de Montferrat. — L’école sicilienne et Frédéric II. — Troubadours nés en Italie. — Les Génois Lanfranc Cigala et Boniface Calvó. — Sordel : sa vie aventureuse ; le poète. — Le Sordel de Dante. — Dante et les troubadours. — L’école de Bologne. — Le dolce stil nuovo. — Pétrarque. 
 223

LES TROUBADOURS EN ESPAGNE, EN PORTUGAL, EN ALLEMAGNE
TROUBADOURS ET TROUVÈRES
Les troubadours en Catalogne. — Relations entre le Midi de la France et la péninsule ibérique. — Jaime Ier d’Aragon et les troubadours. — Les troubadours en Castille : Alphonse X le Savant. — La poésie galicienne ou portugaise. — Le roi-poète Denys. — Influence provençale. — Les Minnesinger. — Influence provençale : comment elle s’est produite. — L’originalité des Minnesinger. — Walter von der Vogelweide. — La poésie lyrique de la langue d’oïl. — L’école « provençalisante ». — Conon de Béthune ; le châtelain de Coucy ; Gace Brulé. 
 252
LE DERNIER TROUBADOUR
Guiraut Riquier, de Narbonne. — Narbonne au xiiie siècle. — Riquier et le roi de France. — Riquier à la cour d’Alphonse X de Castille. — Sa requête au roi : distinction à établir entre jongleurs et troubadours. — Riquier et le comte de Rodez, Henri II. — Son œuvre : les pastourelles. — Sa conception de l’amour. — Transformation de cette conception sous l’influence des idées religieuses du temps. — Commentaire de la chanson de Guiraut de Calanson. — Les chansons à la Vierge. — Le Consistoire du Gai-Savoir. — Clémence Isaure. — La Renaissance provençale. 
 279