Wikisource:Accueil

La bibliothèque libre.
(Redirigé depuis Main Page)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bienvenue sur Wikisource
une bibliothèque de 250 303 textes libres et gratuits
  Découvrir un extrait

Gaston Lavalley, La Déesse de la Liberté in Légendes normandes : Barbare 1867

BARBARE

I

La Déesse de la Liberté


La petite ville de Bayeux avait mis, ce jour-là, ses habits de fête. Les rues étaient pleines de monde. De temps en temps, de bruyantes détonations faisaient trembler les vitres. Le mouvement, le bruit, l’odeur de la poudre, le parfum des fleurs qu’on foulait aux pieds ou qui s’épanouissaient en fraîches guirlandes aux étages supérieurs, les drapeaux qui flottaient au vent, les clameurs de la foule, tout annonçait, tout respirait la joie. Là, des bandes d’enfants bondissaient, se jetant à travers les jambes des promeneurs pour ramasser dans la poussière une rose à moitié flétrie. Ailleurs, des mères de famille donnaient fièrement la main à de jolies petites filles, blondes têtes, doux visages, beautés de l’avenir, dont on avait caché les grâces naissantes sous un costume grec du plus mauvais goût. Et partout de la gaieté, des hymnes, des chansons ! A chaque fenêtre, des yeux tout grands ouverts ; à chaque porte, des mains prêtes à applaudir.

C’est que, depuis longtemps, on n’avait eu pareille occasion de se réjouir. La municipalité de Bayeux venait de recevoir trois pierres de la Bastille, sur lesquelles on avait fait graver les droits de l’homme ; et l’on devait profiter de cette circonstance pour inaugurer les bustes de Marat, de Le Pelletier et de Brutus.

Tandis que la foule encombrait les abords de l’hôtel de ville et préludait à la fête officielle par des cris de joie et des chants patriotiques, une petite maison, perdue dans un des faubourgs les plus retirés de la ville, semblait protester, par son air paisible, contre cette bruyante manifestation populaire.

Les fenêtres en étaient fermées, comme dans un jour de deuil. De quelque côté que l’œil se tournât, il n’apercevait nulle part les brillantes couleurs de la nation. Aucun bruit n’arrivait de l’intérieur ; on n’entendait que le murmure du vent qui se jouait dans les contrevents, ou qui passait en sifflant dans la serrure. C’était l’immobilité, le silence de la tombe. Comme un corps, dont l’âme s’est envolée, cette sombre demeure semblait n’avoir ni battement, ni respiration.

Cependant la vie ne s’était pas retirée de cette maison.

Une jeune fille traversa la cour intérieure en sautant légèrement sur la pointe des pieds, s’approcha d’une porte massive, qu’elle eut grand’peine à faire rouler sur ses gonds, et entra, à petits pas, sans bruit, et en mettant les mains en avant, dans une pièce assez sombre pour justifier cet excès de précaution.

Un vieillard travaillait dans un coin, auprès d’une fenêtre basse. Le jour le frappait en plein visage et accusait vivement la maigreur de ses traits. La jeune fille s’avança vers cet homme, et, lorsqu’elle apparut dans cette traînée lumineuse, où se baignait l’austère physionomie du vieillard, ce fut un spectacle étrange et charmant.

On aurait pu se croire transporté devant une de ces toiles merveilleuses de l’école espagnole, où l’on voit une blonde tête d’ange qui se penche à l’oreille de l’anachorète pour lui murmurer de ces mots doux comme le miel, et qui lui donnent un avant-goût des joies célestes.

Il est fort présumable, en effet, que le digne vieillard était plus occupé des choses du ciel que de ce qui se passait sur la terre. A peine la jeune fille eut-elle posé familièrement la main sur son épaule qu’il se releva brusquement, comme s’il eût senti la pression d’un fer rouge.

— Ah ! fit-il avec terreur… c’est vous, mademoiselle Marguerite ?

— Eh ! sans doute… Je t’ai donc fait peur ?

— Oh ! oui… C’est-à-dire non… Ce sont ces gueux de patriotes qui me font sauter en l’air avec leurs maudites détonations !

— Au moins ces coups de fusil ne font-ils de mal à personne.

— Pouvez-vous parler ainsi, mademoiselle !… vous, la fille de monsieur le marquis !

  Projets de la semaine : bibliothèques nationales
…% Flag of France.svg BnF   Louisa May Alcott, Jack et Jane 1883
100% Flag of Quebec.svg BAnQ   Léon Pamphile LeMay, Les Épis 1914
…% Flag of Switzerland.svg Bns   Gustave Moynier, Etude sur la convention de Genève 1870
100% Flag of Belgium.svg KBR   Marcel Remy, Les ceux de chez nous, volume 7, Mal de dents 1916
…% Flag of Canada.svg BAC   Léonide Ferland, Entre deux rives 1920
Le pourcentage indique le total des pages traitées (mis à jour toutes les 24 heures).
  Nouveautés
Derniers textes ajoutés





Derniers ouvrages validés
  Découvrir le projet et y participer
Wikisource, projet de bibliothèque soutenu par la Wikimedia Foundation, est élaboré par des contributeurs bénévoles.

Chacun peut participer à la création ou la relecture d’un ouvrage, en respectant les règles du droit d’auteur et celles établies par la communauté ; par exemple, un texte doit être vérifiable grâce à un fac-similé.

De nombreuses pages d’aide sont à votre disposition, notamment pour relire une page, créer un fac-similé ou encore le publier sur le site. N’hésitez pas à poser des questions sur le scriptorium, ou à d’autres utilisateurs, ou bien à vous inspirer des suggestions plus détaillées proposées sur le portail communautaire.
Wikimedia-logo.svg
Wikipedia Wikipédia
Encyclopédie
Wikinews Wikinews
Actualités
Wiktionnaire Wiktionnaire
Dictionnaire universel
Wikilivres Wikilivres
Livres et textes didactiques
Wikiquote Wikiquote
Recueil de citations
Wikispecies Wikispecies
Inventaire du vivant
Wikiversity Wikiversity
Communauté pédagogique
Wikivoyage Wikivoyage
Guide de voyage
Commons Commons
Base de données multimédia
Wikidata Wikidata
Base de connaissance
Meta-Wiki Meta-Wiki
Coordination