Page:Andler - Nietzsche, sa vie et sa pensée, III.djvu/167

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


terrible gageure de notre vie personnelle. Et le vieux problème platonicien reparaît, transposé en termes biologiques : qu’avons-nous su fixer d’être et d’idée dans notre vie individuelle qui s’écoule ? En tout cas, nous n’atteindrons à ce palier idéal supérieur que par l’effort ; et non pas, comme chez Schopenhauer, par l’anéantissement de nos désirs évidés d’énergie.

Ainsi partout, dans la IIIe Unzeitgemaesse, une philosophie nouvelle, et plus moderne, surgit derrière le schopenhauérisme qu’elle décrit. On le devinait à la lire ; et Nietzsche l’a reconnu plus tard explicitement. L’Ecce Homo tire au clair le sens de son langage ambigu. Le nom de Schopenhauer n’est qu’un chiffre secret, pour désigner un inconnu masqué dont il refuse de livrer le nom. Platon, quand il prononce le nom de Socrate, souvent, par ce nom, se désigne lui-même. Nietzsche, dans cette biographie d’un autre, décrit les expériences de sa propre vie intérieure, souffrante et glorieuse [1].

C’est de Nietzsche éducateur et de lui seul qu’il s’agit dans cette philippique véhémente. Son ambition de dominer prétend s’asseoir auprès des grands Présocratiques. En pensée, il revendique la pourpre et le diadème d’or du plus altier des Réformateurs grecs, Empédocle. Il y a bien de l’enthousiasme novice, du mysticisme fumeux, du pédantisme tudesque, de la névrose aussi, ne le cachons pas, dans ce besoin de l’attitude auguste. La critique sincère qu’il fit de lui-même ne tarda pas. Mais, s’il eut le sentiment enivré d’une mission nécessaire, et dont il s’est

  1. V. L’Ecce Homo, Die Unzeitgemässen, § 3. (W., XVI, 72.) — Il n’y a pas là de construction postérieurement systématisée. Rappelons la lettre du 22 janvier 1875 à sa sœur où Nietzsche transcrit littéralement, en se l’appliquant à lui-même, le passage de la IIIe Unzeitgemaesse sur la solitude du génie (Corr., V, 309), la préface projetée pour la Gehurt der Tragödie à Lugano, le 22 février 1872 (W., IX, 140) ; et La Jeunesse de Nietzsche, p. 415.