Page:Andler - Nietzsche, sa vie et sa pensée, III.djvu/187

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


tèmes extérieurs de force, il y a donc des essais constants d’accommodation. Il s’agit de composer avec la réalité extérieure plus forte. Mais nous aussi, nous résistons. Le résultat est un compromis, comme entre des sphères élastiques, comprimées jusqu’à devenir polyédriques, et qui se touchent alors par des facettes régulières. Nos sensations représentent l’aperception que nous avons de la résistance des autres êtres venus en contact avec nous selon une surface d’intersection où s’épousent en quelque façon les deux réalités en présence. Sans doute il n’y a pas en dehors de nous de formes pareilles à ce que nous percevons. Il n’existe pas de dimension de l’espace ni de temps. Les choses dépendent pour une part de nous [1]. Nous nous mesurons par les choses. Elles servent de dynamomètre à notre résistance. Mais ce que nous cherchons, c’est la moindre résistance et la joie, c’est-à-dire le sentiment de notre force débordante. En ce sens, la simple activité de nos yeux est déjà créatrice d’art, est déjà une transfiguration.

3. Le rêve et la connaissance. — Ces sensations, une fois recueillies dans la mémoire, n’y demeurent pas inertes. Les causes de souffrance ou de joie ont laissé dans l’organisme subtil, que nous appelons notre volonté, une disposition à entrer en vibration spontanée. Il aime à se suggérer les images qui lui ont laissé des émotions de joie lumineuse ; et la douleur elle-même, quand elle a été forte, tend à vibrer encore en images pénibles. Il se produit alors un conflit d’images. Les plus fortes tendent à. absorber les plus faibles [2], et le darwinisme une fois de

  1. Ibid., §§ 114, 123. (W., X, 156, 160.)
  2. Theoretische Studien, 1872, §§ 67, 149. (W., X, 137, 171.) — On remarquera une fois de plus l’analogie avec L’Intelligence de Taine. Nietzsche, qui a probablement ignoré ce livre, a reconstruit presque en entier les théories de Taine sur la renaissance des images, leur conflit incessant de prépondérance, la rectification de l’illusion.