Page:Andler - Nietzsche, sa vie et sa pensée, III.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


valeurs ne l’ éclairent plus. Au contraire d’impérissables conséquences survivent à la pensée créatrice dans le jeu des forces physiques par le jugement même qui les a tirées des ténèbres.

Ainsi peut-être ce théoricien de l’extrême relativisme, Nietzsche, a-t-il frayé un dernier chemin vers l’absolu. Et il ne s’est pas trompé lorsque, dans le Wille zur Macht, il a pressenti qu’on le rangerait un jour parmi ceux auxquels s’adressent les paroles du Dante :

M’insegnavate come l’uom’ s’eterna.

Vous m’enseigniez comment on devient éternel [1].

  1. Dante : Inferno, XV, 85. — Nietzsche : Wille zur Macht, § 1002 (W., XVI, 360,)