Page:Andler - Nietzsche, sa vie et sa pensée, III.djvu/290

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


obsède sans fin. C’est ce scepticisme raffiné surtout qu’il faut appeler décadence [1] et, à ce compte, il n’y a pas de peuple plus décadent que l’Allemagne conduite par ses savants de la génération actuelle.

2o Mais il y a une espèce plus nombreuse et pire. Cette impartialité qui, éternellement, constate sans trouver la force d’un jugement ou d’une protestation, se transforme tôt ou tard en approbation. force de trouver à tous les faits une explication rationnelle, on finit par trouver de la raison à tous les faits. Le donné paraît remplir tout l’espace du concevable. Dès lors, plus de jugement et plus de mépris. L’héroïsme ou la sainteté se réintègrent dans la marche immensément mécanique des faits. Le succès des actes décide de l’appréciation qu’on en fera. L’abdication du vouloir devant l’imbécillité victorieuse, devant la marche des bataillons, devant le vote massif ou les fourches brandies des multitudes, devant la force des gouvernements, n’est qu’une des formes de la vieille illusion déterministe, paralysante comme un cauchemar. Les Allemands non seulement la subissent, mais la propagent. Un marteau-pilon énorme, fonctionnant sous la poussée d’un mécanisme perfectionné, c’est toute l’armée allemandede 1870 [2]. Son succès cause l’orgueil cynique des Allemands d’aujourd’hui, et cette assurance les sert. Mais ils y perdent le sentiment de la raison réalisable et l’intelligence du rôle réel des qualités supérieures [3]. Cet abrutissement de tout un peuple compromet la supériorité

  1. Nutzen und Nachteil der Historie, § 8. (W., I, 349 sq.)
  2. Von Schlieffen a démontré depuis, combien les conceptions ingénieuses d’un Moltke furent constamment méconnues de ses subordonnés. V. ses articles sur Moltke, d’après les documents inédits de l’état-major général allemand, dans Vierteljahrshefte für Truppenführung. 1911, p. 363 sq., 522 sq.
  3. Nutzen und Nachteil der Historie, § 8. (W., I, 336) : « Ihr macht den Erfolg, das Factum zu eurem Götzen, währenddas Factum immer dumm ist und zu allen Zeiten einem Kalbe ähnlicher gesehen hat, als einem Gotte. »