Page:Andler - Nietzsche, sa vie et sa pensée, III.djvu/311

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


La leçon finie, professeurs et élèves s’évadent chacun de son côté. Une bouche qui parle, quelques centaines d’oreilles qui écoutent, et autant de cinquantaines de mains enfiévrées à prendre des notes, voilà l’image de l’institution de culture actuelle [1]. Et l’on s’étonne si les étudiants retournent à leur veulerie, à leur dégoût, à leur scepticisme, à leur désespoir [2] ?

S’il y a trois initiations à la culture supérieure, la philosophie, l’art, et enfin l’hellénisme, en qui se résument tout art et toute philosophie, comment la jeunesse actuelle ne quitterait-elle pas les bancs avec découragement ? Il n’y a plus de philosophie. Schopenhauer avait montré que les philosophes universitaires ne sont plus que des historiens. Il n’y a plus de discipline d’art. L’enseignement présent ignore ce que c’est qu’une pensée artiste. La musique elle-même est l’objet d’une dissection savante, comme si on pouvait analyser le frisson et constituer une érudition de l’extase [3].

Parmi les tentatives éminentes de l’art contemporain, en peut-on citer une que les Universités aient secondée ? Ont-elles prêché la religion de Bayreuth ? Parmi leurs maîtres, quels sont ceux à qui est apparue la force tragique de l’hellénisme véritable ? La jeunesse allemande ainsi a manqué de chefs intellectuels ; et elle a dû tomber en proie à la fausse culture du siècle, à l’esprit des journalistes, à l’éloquence superficielle. Les théâtres et les

  1. Ibid., V. (W., IX, 405.)
  2. Ibid., V. (W., IX, 411.)
  3. Schopenhauer als Erzieher, § 8. (W., I, 490.) — Nietzsche a en vue la monographie très savante sur Mozart, par laquelle Otto Jahn (4 vol. 1856-59) venait de renouveler la science musicale, et dont l’introduction affirme la possibilité d’une étude scientifique de la musique. Otto Jahn avait été un des maîtres de Nietzsche à Bonn. On peut penser que la querelle qui s’alluma entre Ritschl et Jahn, et où Nietzsche prit parti pour Ritschl, trouve un dernier écho dans la polémique des Intempestives.