Page:Andler - Nietzsche, sa vie et sa pensée, III.djvu/337

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


fluide et radiant comme elle. À ce signe, on reconnaissait que l’âme elle-même de l’artiste était régénérée.

3o L’auditoire de la tragédie nouvelle. — Cette transformation interne désignait Wagner pour réformer l’œuvre de l’esprit contemporain. Sans doute, l’illusion de Nietzsche fut grande, d’avoir pu écrire, avant l’ouverture des spectacles de Bayreuth, que « les spectateurs eux-mêmes y méritent d’être regardés ». Il en a convenu abondamment depuis. Il s’était fait une idée du public wagnérien d’après quelques fervents disciples. Sa description du public de Bayreuth s’inspire de sa biologie nouvelle ; un autre milieu doit, par adaptation, engendrer une autre structure de vie. Par mutation brusque, les forces de vie latente devront éclater en une somptueuse flore nouvelle, auprès de laquelle les formes anciennes semblent fanées [1] : ce sera la flore wagnérienne. Les souffles emporteront d’elle un pollen qui portera partout la vie ; et les âmes aspirent à cette fécondation. Le style wagnérien dépose au fond de chacune d’elles un principe actif, un nisus formativus qui les ferme sur elles-mêmes et les fait mûrir dans un grave bonheur [2]. La profondeur de l’art wagnérien consiste à redevenir primitif comme la joie, la douleur ou la mort qu’il contient, et dont il essaie de faire de la vie organisée et durable.

Quand il projetait son opuscule sur Bayreuth, Nietzsche

  1. Ibid., § 1 (W., I, 499, 500) : « Dass ein Einzelner, im Verlaufe eines gewöhnlichen Menschenlebens, etwas durchaus Neues hinstellen könne, mag wol alle die empören, welche auf die Allmählichkeit aller Entwicklung wie auf eine Art von Sittengesetz schwören. »
  2. Ibid. § 4. (W., I, 519). Il ne faut pas s’arrêter à l’incohérence des métaphores de Nietzsche, qui est grande dans son premier style. Son langage hésite entre des images qui disent soit une prodigieuse suggestion des foules, soit un renouvellement par contact, comme celui des nappes d’eau que réchauffe une source bouillante au fond d’un lac. Sa pensée est claire et cohérente, malgré cette surcharge d’images.