Page:Annales du Musée Guimet, tome 21.djvu/606

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
460
ANNALES DU MUSÉE GUIMET
1. Avec instruction, avec assistance, avec joie ; avec les libations qui savent 1 [1] et avec les paroles droites 2 [2], j’invoque les Amesha-Spentas par leurs bons et beaux noms.

J’offre saintement le sacrifice aux Amesha-Spentas, par leurs bons et beaux noms, dans l’amour de la bonne Sainteté, dans l’amour de la bonne Religion mazdéenne.


Yênhê me asbât hacâ (XV, 2). Celui et ceux dont le culte, Ahura Mazda le sait, donne le bien aux êtres, en retour de leur sainteté, à ces êtres, qui ont été et qui sont, je sacrifie par leurs noms et leur apporte mon service.


La suite comme dans le Yasna XV.

Hâ XVI.

Hâ XVII.


_____________________


KARDA 7 (SP. 8)

Ce Karda suit le Hâ XVII dans le Vd. Sadé. Il présente le même caractère et le même type de formule que ce Hâ et le précédent dont il complète les énumérations. Il s’intercale également et pour la même raison dans les invocations du Hâ XXV.


_______________


.

  1. 1. vîthushaêibyasca zaothrâbyô ; le mot vîthushaêibyasca fait difficulté : le pehlvi le traduit étymologiquement comme un dérivé de vid : pun zak akâsîhâ zôhr « avec ces libations (offertes) en connaissance » (?), ou « qui ont connaissance ». Il est assez naturel d’en rapprocher vîthushavaitîm, épithète de l’eau des ordalies, « eau contenant du soufre (saokeñta-vaitîm), de l’or (zaranyùvaitîm) et du vîthusha » (Vd. IV, 54, 155) : vîthusha est traduit par un mot qui peut, entre autres lectures, se lire cîhr « clair », de sorte que vîthushavaitîm serait l’eau qui manifeste la vérité.

    Les libations seraient dites vîthusha par allusion à leur rôle dans le serment : nous avons vu plus haut le Myazda jouer un rôle analogue et dévoiler les impies (Hâ VIII, 3).
  2. 2. « Les Bîshâmrùt ». Cf. Y. XVI, note 2.