Page:Apollinaire - L’Enfer de la Bibliothèque nationale.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



1 volume in-8 s, d. de 1 f. lim. non chif. pour le titre gravé et de 428 pages (Grenoble, 1680). Reliure moderne, maroquin rouge janséniste, larges dent, intér. tranches dorées, signée L. Fixon, rel.

Superbe exemplaire, lavé et encollé, contenant un titre gravé libre, un frontispice libre et, rejetées à la fin, trente-cinq planches libres en taille-douce qui n’ont point de rapport avec l’ouvrage.

Voir 257.


278. — Le Meursius François, ou l’Académie des Dames, orné de Figures. Tome premier. [Second, troisième]. A Cythère, MDCCCLXXXII.

3 parties en 1 volume in-16 (1882 sic pour 1782), 129, 108 et 96 p. Reliure moderne, maroquin orange, janséniste, larges dent. intér., tranches dorées, signée L. Fixon, rel. Ex. lavé et encollé, avec 1 front, et 13 fig. libres semblable à celles du Meursius de 1782 (2 vol. in-12) mais retournées.

Voir 257.

Toutes ces éditions sous divers titres ne sont que des traductions plus ou moins complètes et fidèles du même ouvrage latin.

Condamnation des réimpressions modernes sous ce titre :

1° Par arrêt de la Cour d’assises de la Seine du 29 déc. 1821 (pas d’insertion au Moniteur), et par arrêt de la même Cour du 10 février 1852.

2° Par jugement du Tribunal correctionnel de la Seine du 6 juin 1822, condamnant Jean-François Leroux, libraire à Paris, à 2 mois de prison et 500 francs d’amende (Moniteur du 7 nov. 1826) ;

3° Par arrêt de la Cour royale de Paris, du 9 août 1822 (pas d’insertion au Moniteur) ;

4° Par jugement du Tribunal correct, de la Seine, du 25 fév. 1825, condamnant Jean-Hemeric Bouvint, fabricant, à un an d’emprisonnement et 3.500 francs d’amende, et André Besson, marchand colporteur, Jean-Pierre Cottenet, imprimeur en taille douce, Jean-Jacques Merlot, peintre, chacun à trois mois de la même peine et 200 francs d’amende, plus l’affichage du jugement à 25 exemplaires aux frais des condamnés (Moniteur, 7 nov. 1826) ;

5° Par arrêt de la Cour d’assises de la Seine, du 9 août 1842, et par jugement du Tribunal correct, de la Seine, en date du 10 février 1852.