Page:Buies - La Province de Québec, 1900.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
9
description générale du pays

« Zone des lacs », dans un pays où cependant les lacs abondent, d’une extrémité à l’autre.

C’est dans la zone des lacs que prennent naissance les grandes rivières qui portent le tribut de leurs eaux à l’Outaouais, telles que la rivière du Moine, qui a un parcours de 130 milles, la rivière Noire, 135 milles, la rivière Coulonge, 160 milles, la rivière Gatineau, 260 milles et la rivière du Lièvre, 220 milles. Viennent ensuite d’autres affluents moins considérables, il est vrai, mais qui néanmoins méritent d’être signalés dans la géographie de cette vaste contrée ; ce sont la rivière Rouge, longue de 120 milles, la rivière du Nord, longue de 70 milles, et l’Assomption, qui en mesure 90.



Le Témiscamingue



Le lac Témiscamingue, qui n’est à proprement parler qu’une expansion de la rivière des Outaouais, occupe la limite occidentale de la province de Québec, qu’il sépare, au 47e degré de latitude nord, de la province voisine d’Ontario. Il a une longueur de 75 milles, soit 120 kilomètres, et une largeur qui varie de quatre à huit milles. Il est navigable pour les navires même de fort tonnage, et justifie ainsi son nom qui, en langue indienne, veut dire « Eau profonde ». Les rivières dont il reçoit les eaux égouttent un bassin qui n’a pas moins de 18 000 000 d’acres carrés. On y voit d’admirables terrains agri-