Page:Buies - La Province de Québec, 1900.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
10
la province de Québec

coles devenus, depuis quelques années, sous le nom de « région du Témiscamingue », une des parties de la province que la colonisation a adoptées pour y faire fructifier son œuvre et donner à l’élément franco-canadien une nouvelle force du côté de l’ouest, point d’attraction des courants d’émigration moderne, champ plus vaste et plus libre offert à l’énergie colonisatrice.


Le pays situé à l’est du lac, dans la province de Québec, forme un gracieux développement d’ondulations, sans montagnes, sans rochers, où croissent le pin blanc, l’épinette, le cèdre, le sapin, le tremble et le bouleau. Quelquefois aussi, à de rares intervalles, on y trouve des érables et des merisiers par groupes clairsemés et solitaires.

Ces ondulations s’étendent sur des centaines de milles et présentent aux rayons du soleil une surface qu’ils réchauffent aisément, en lui assurant un climat moins rigoureux et plus uniforme que dans plus d’un comté des bords du Saint-Laurent.



Le Saint-Maurice



I

La rivière Saint-Maurice coule de l’ouest à l’est sur une longueur d’environ 350 milles, et débouche dans