Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


une ſituation ainſi caractériſée ne fut jamais celle de la Villa-Barberini. Celle-ci placée dans un bas entre la Colline haute des Capucins & celle moins conſidérable de Caſtel-Gandolfe, manque manifeſtement par là du caractère général attribué à l’Albanum de Domitien qui eſt une hauteur frappante. On y chercheroit encore plus inutilement celui des vues préciſes, que nous venons d’entendre dire qu’il avoit. On voit bien la Mer de la Villa-Barberini ; mais la hauteur des Capucins lui dérobe ſi invinciblement toute vue du Lac de Némi, qu’on en voit à peine le Ciel qui le couvre. Le Chateau ancien annoncé par les ruines de la Villa-Barberini enfin, devoit avoir une tres belle façade ſur le Lac d’Albe, mais ſon entrée aïant été, comme cela ſe juge de ſon plan trez-réconnoiſſable, du côté de Rome vers ce qui est appellé la Gallerie d’Enbas à Albano, on y arrivoit, & on s’y trouvoit ſans le moindre pas ſur les bords du Lac. Autant de caractères de l’Albanum de Domitien marqués par les Anciens, autant de raiſons donc de penſer que ce ne fut pas celui dont les ruines ſe voient dans le lieu dont nous