Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à la pag. suiv. j’aurois du apuier ce que j’y dis qu’on plaçoit les Sépulchres ſur les Voïes pour faire ſouvenir de la Mort, de ce témoignage De Ling. Lat. lib. 5.de Varron ; Monumenta ſecundum viam qno prætereuntes admonerent & ſe fuiſſe & illos mortales eſſe. Outre le nom de Militaire que j’ai dit d’après Cicéron qu’elles portoient, elles avoient encore celui de Consulaires à peu-près du même sens. Pline les appelle ainſi deux fois dans un ſeul Chapitre .

P. 139. Je m’y fais une difficulté de la matière du Tombeau d’Albano contre l’attribution que j’en fais à Pompée. Mais elle n’eſt pas une d’après ce que je dis d’après Vitruve dans l’art. de Préneſte de la rareté des édifices de marbre avant Auguſte.

P. 364. J’y explique la difficulté formée par le récit que fait Tite-live de la route d’Hannibal à qui il ſemble faire trouver Lavicum avant Algide, mais elle pouvoit être reſolue par l’expreſſion de Lavicanum eniploiées par l’Hiſtorien qui ſignifiant non la Ville de Lavicum, mais ſa Campagne, pouvoit ſe vérifier par la forme & par l’etendue qu’elle eut. Elle ne dépaſſa pas ſeulement celle d’Algide vers l’Orient, elle l’embraſſa, comme j’aurai encore l’occaſion de le dire, enſorte qu’Hannibal put trouver en effet le Lavicanum par la voïe Latine avant la Ville d’Algidum, quoique celle-ci ſe rencontrat avant Lavicum.

P. 104. Ce que j’y dis que le petit Lac ſous la Colomne eſt le Regille, fameux par la plus mé-