Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


étoit une Ville trois milles au deſſous de l’endroit eſt la Villa-Barberini : mais tout ce que prouve cette mention de Bovilles, c’eſt que cette ancienne Ville dans les tems dont il eſt queſtion étendoit ſa banlieue juſques bien près de l’endroit occupé par Albano ce qui a été tres poſſible. Albano ſe trouvant encore dans ſa première origine, commençant pour m’exprimer ainſi, à être une Ville de fait, mais n’etant pas encore une Ville de droit c’eſt-à-dire une Ville avec ſon Fore & ſon Territoire, ce qui forma celui ci par conſéquent dans la ſuite, qui eſt ſur tout du coté où étoit Bovilles pût & même dût être de Bovilles même. Rien par conſéquent n’auroit du faire méconnoitre la poſition du Chateau de Clodius que j’ai marquée.


XLII. Poſition de celui de Gallus.

Celle de l’Albanum de Gallus doit être regardée comme fixée par ce que j’ai dit du Temple de la Bonne-Dééſſe puiſque nous avons vu que ce Temple en fut

    Civ. lib. II. & Aſconius Pedianus ancien interprète de Cicéron dont l’expreſſion eſt ultra Bovillas. C’est du même événement enfin que doit s’entendre la Journée de Bovilles d’apres la quelle Cicéron date une Lettre. XI. Kal. Sext. 65. poſt pugnam Bovillam. Ad Att. lib. V. ep. 13.