Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


delà de la place qu’occupa l’ancienne Albe un grand pan de pierre vive orné de douze faiſceaux d’un très bon travail & d’une parfaite conſervation, qui ont au milieu d'eux d'autres ornemens degradés, mais qui examinés par moi du plus près que je l’ai pu dans une ſi grand hauteur, m’ont paru être une Chaiſe Curule, & une Aigle au bout d’une pique, ce qui prouve qu’on y voulut reunir les ſignes de tous les honneurs.


L. Monument ſingulier de Pallazuolo.

Holſtenius s’est hâté de décider d’après les ſeuls faiſceaux qu’il appercût dans un tel morceau que ce fut là, où dût être le Palais que l’Histoire nous aprend que Rome eut ſur le Mont-d’Albe pour ſes Conſuls ; mais outre que par ſa poſition dans ce lieu ce Palais ſe ſeroit trouvé au pied du Mont, & non sur le Mont ; qu’il auroit été par là ſéparé de plus de deux mille d’une montée difficile, du Temple pour lequel il étoit fait, ce qui auroit été d’autant plus contraire aux vues de commodité qui l’avoient fait élever, que ce lieu ainſi que nous l’allons dire n’étoit pas même ſur le chemin qui y conduiſoit ; outre dis-je, cette raiſon, l’Antiquité en queſtion examinée avec l’attention due aux