Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


toient [1]. Tous ces points qui ne ſont ſi obſcurs que par les expoſitions qui en ont été faites reçoivent la Lumière la plus claire, de la connoiſſance du lieu dont nous parlons. Un y voit que du même endroit d’ partoit la Voïe pour le Temple de Jupiter Latial, il devoit s’en détacher une ſeconde pour celui de Diane. Les Veſtiges certains de celle-ci ſe rencontrent ſur le chemin qui deſcend au Lac de Némi, & en les ſuivant on trouve qu’il conduiſent à un lieu remarquable par les plus ſuperbes ruines. Des murs de près de cent-pieds de longueur, ornés des niches, qu’on voit avoir été pour les plus grandes Statues, s’y offrent aux regards : l’endroit eſt à coté du moulin de Némi placé là à cauſe de la ſuperbe ſource, qui étoit la ſi révérée Nymphe Égérie des Anciens à qui les Modernes n’ont laiſſé d’autre emploi que de tourner trois meules qu’elle trouve l’une après l’autre, ce qu’elle fait avec facili-

  1.                               Adcedo Bovillas
    Clivumque Virbi, præſto eſt mihi Manius hæxres
                        Perſ. Sat. VI.
    Dignus Aricinos qui mendicaret ad axes
    Blandaque devexæ jactaret baſia rhædæ. Juven. Sat. IV.