Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


par la force avec la quelle elle ſort de ſon antre. On ſe rappelle ce que j’ai dit des offices qu’elle recevoit d’Hypolite : nous venons d’entendre Virgile nous repréſenter celui-ci comme placé auprès de cette Nimphe. L’un & l’autre ſuppose que le Temple où l’on croioit Hypolite caché, devoit être en effet dans le plus grand voiſinage de cette ſource. Cette raiſon ſeule quand il n’y en auroit pas une foule d’autres, ne laiſſeroit aucun lieu de douter que les belles ruines que je viens de dire ne ſoient celles du Temple de Diane. La Voïe Antique dont il étoit le terme, étoit donc indubitablement la Voïe propre de ce Temple fameux. De ce point naiſſent tous les autres. Le premier & le principal qu’il établit eſt que la Colline ſur la quelle cette Voïe commençoit eſt indubitablement le fameux Mont-Virbius. On doit même obſerver qu’il n’étoit justement tel que par ce commencement de la Voïe qu’ il poſſédoit à cauſe d’une cérémonie à la quelle il obligeoit, & qui étoit uniquement relative, à la perſonne, & au nom de Virbius d’Hypolite. Il n’étoit permis de faire entrer aucuns chevaux dans cette