Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/160

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Albanum [1]. C’eſt par ce trait que Plutarque finit sa Vie de Pompée.

La forme du Sépulchre a été l’occaſion des erreurs : rien cependant n’étoit plus propre à faire diſcerner la vérité : il eſt étonnant que nul Antiquaire encore n’ait penſé à une chose que les moindres Peintres n’ignorent pas : que les Pyramides ſont le Simbole de l’Égipte, & à la conſéquence naturelle qui en nait ; qu’elles ſe trouvent ſur le Tombeau de Pompée, parceque c’eſt dans ce Roïaume que la vie lui fut otée. Ligorius vit d’après la première raiſon que j’ai dit, que le Sépulchre devoit être de Pompée, mais les Pyramides l’embaraſſerent furieusement. Il imagina pour les expliquer cinq victoires de Pompée, ne ſaiſiſſant ces ornemens que ſous le point de vue de leur nombre qui n’eſt produit que par la nécéſſité du deſſein de l’ouvrage, ſans en aperçevoir l’eſprit annoncé ſi clairement par leur qualité. Une ſeule difficulté peut être faite contre mon exposition c’eſt celle tirée de la matiè-

  1. τα δε λειψανα τȣ Πομπεῖȣ Κορνελια δεξαμενη ϰομισθεντα περι το Αλβανο ἔθεϰεν. Ibid. in fine.