Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


blement que lui, les deux caractères expimés par Strabon, le premier nommément, le ſecond par la manière dont il dit que la Voïe Lavicane laiſſoit Lavicum & Tusculum à la droite par où l’on voit qu’il joint en quelque ſorte ces deux Villes. Outre que le lieu où les Monumens dont j’ai parlé ont été trouvés n’étoit pas à la Colomne même, mais près de ce Bourg de la part qui regarde Monte-Compatro, enſorte qu’ils peuvent autant ſe rapporter à celui-ci qu’à celui-là ; tout ce qu’ils prouvent c’eſt que l’endroit appartint à Lavicum ce qui eſt inconteſtable en quel des deux monts qu’on place cette Ville, & que les Monumens par conſéquent ne ſont pas de Lavicum même, mais de quelque Lavicanum. La Bibliotéque qui ſembloit plus indiquer la Ville en effet ne la prouve pas, parce qu’une partie de la magnificence des Chateaux anciens des Romains étoit de ne pas en manquer. Nous avons vu celles de deux Campagnes de Cicéron. Le Tuſculanum de Lucullus nous en offrira une, où Caton venoit exprès de Rome.

Mais l’avantage de mon ſentiment ne ſe borne pas à expoſer tout ce que je