Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/213

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


J’en obſerverai ſeulement qu’après s’être fait l’idée la plus confuſe de ces lieux, il ſe borne à y placer en général la Campagne d’Horace d’après l’une ou l’autre des Opinions que j’ai dit, ou peut-être d’après toutes les deux. Mais cette Campagne du Poëte qui n’eſt qu’ainſi jettée par lui au hazard ſur ces Monts, les deux Auteurs que j’ai vérifié avoir fait leur Cartes d’après ſon ouvrage, l’ont placée nommément ſur les Monts-Algides, non dans la poſition que ces Monts ont véritablement, mais dans celle qu’Alberti leur a donnée, quoique ce ne puiſſe être que par la mépriſe que j’ai dit, que la moindre connoiſſance des lieux est capable de faire appercevoir. Il me ſemble qu’on me dit en conſéquence qu’il n’eſt pas beſoin de s’arrêter plus long-tems ſur une Opinion née d’une ignorance & d’une négligence ſi groſſières.


LXIX. III. Opinion celle qui place la M. de C. d’Horace à Tuſculum.

Je ne tarderai donc pas davantage à paſſer à celle dont on ne peut que porter un jugement bien différent, ſoit qu’on faſſe attention au texte d’Horace qui lui a ſervi de fondement, ſoit qu’on considère la manière dont il en a imposé généralement à tous ses Interprêtes tant An-