Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/249

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trouve ſouvent avec lui [1], & enfin ceux d’Hirtius & de Dolabella, où il alloit recevoir d’eux en un certain tems des leçons de bonne chere la nuit, après leur en avoir donné d’éloquence le jour chez lui [2].


LXXIX. Preuve que Mécéne y en dut avoir une.

La belle Ode où Horace pour inviter Mécéne à la Campagne lui dit, qu’il ne faut pas, n’avoir des yeux que pour les Rives de Tibur, pour les Coteaux d’Æſula & pour les ſommets de Télégone, c’eſt-à-dire pour Tuſculum, ſemble n’exprimer que les vues de son haut Palais des Exquilies ; mais la mention ſeule d’Æſula pendant qu’on tait d’autres points de vue plus célèbres, prouve qu’il s’agit de quelque choſe de plus ; qu’Horace par conſéquent ne joint Æſula & Tusculum à Tibur, que parceque ces deux premiers

  1. In Tusculano jus (T. Anitii). Cic. ad Q. Fr. lib. III. ep. 1. in fine.
  2. Hirtium ego & Dolabellam dicendi diſcipulos habeo, cœnandi magiſtros : puto enim te audiſſe, illos apud me declamitare, me apud eos cænitare. Cic. ad Pap. Panum. Fam. lib. IX. ep. 16. cum eſſem in Tuſculano. Ibid. ad eundem ep. 18.

    Ne semper udum Tibur & Æſulæ
    Déclive contempleris Arvum &
         Telegoni juga Parricidæ
    Faſtidioſam defere copiam &c.…
    Plerumque grates divitibus vices.
         Hor. lib. III. Od. 29.