Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/280

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


delà de pluſieurs Campagnes nommément la Tuſculane fort étendue de ce coté-la, la Gabine & la Tiburtine toutes entières ; non ſeulement ce n’étoit oter à la plaiſanterie que ſa moindre partie que de ſubſtituer à la Ville le Territoire, mais c’étoit renoncer entièrement au Texte qu’on commentoit. Il parle ainſi qu’on l’a vu du haut du Tuſculum : ce haut du Tuſculum n’étoit & ne pouvoit être que le lieu où étoit la Ville, c’eſt-à-dire, ou cette Ville même ou ses dehors immédiats : ainſi ou la ſubſtitution du Territoire à la Ville ne diminuoit en rien l’éloignement, ou c’eſt quelque bout de la Plaine-Tuſculane, qu’on donnoit contre tout bon ſens pour le haut Tuſculum nommé dans le Texte d’Horace.

Sanadon a ſenti tout le vice d’une telle expoſition, & a prétendu le corriger : mais ce n’a été qu’en y apportant un réméde pire que le mal, puiſque c’est en corrompant entièrement le Texte du Poëte. Voici, dit-il, la conſtruction de ces deux Vers ; neque ut Candens Villa, tangat Circæa Tusculi ſuperni Mœnia. D’habiles gens, ajoute-t-il, s’y ſont trompés : Villa Tuſculi n’est point Agri Tuſculani comme l’explique M. Dacier. La Maiſon de Campagne