Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/281

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’Horace étoit à plus de 25. Milles de Tuſcule. Le ſentiment de Sanadon ainſi que nous le verrons fut que la Maiſon de Campagne d’Horace fut unique, & qu’elle fut située à Monte-Libretti deux fois plus loin de Tuſculum, que Tivoli même. C’eſt de cette Campagne, qu’il prétend que le Texte doit s’entendre, enſorte que ſon vrai ſens ſoit qu’Horace ne demande pas que ſa Campagne du lieu où eſt Monte-Libretti, s’étende juſqu’aux Murs Circeïens de Tuſculum. Par ce ſens non ſeulement il fait dire à Horace l’extravagance que nous avons rapporté ; qu’il ne demande pas une Maiſon qui couvrît deux grandes Provinces : mais on voit le langage incorrect qu’il prête à ce grand Poëte. Le moindre défaut par exemple, de l’expoſition des murs batis par le fils de Circé de Tuſculum, ſeroit le Pléonaſme qui s’y trouveroit. Le Traducteur récent que j’appelle pour la troiſième fois, a rendu les Vers d’Horace par cette proſe : non que je veuille étendre Mon Parc juſqu’aux Murs de Tuſculum, où l’on voit qu’il ſuppoſe la Campagne comme bien rééle ; mais au moins à l’exemple des anciens Scholiaſtes n’a-t-il pas entrepris d’expliquer com-