Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/285

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fidélité, & c’eſt par cette qualité qu’elle exprime non un Tuſculanum qu’Horace poſſédat, mais un Tuſculanum que l’amitié d’un Mécéne auroit pû lui faire déſirer ſi elle avoit été moins pure.

Le même ſens littéral de ce texte ne réſulte pas moins de l’examen de ſes expreſſions. Je me bornerai pour n’être pas infini à celle de Candens, Des Interprètes ont dit qu'elle pouvoit ſignifier la Neige dont pouvoit ſe couvrir facilement une Maiſon ſituée sur un Mont : mais c’eſt faire trop d’honneur à une telle expoſition que d’en parler même. Sanadon la fonde ſur la belle pierre blanche de Tivoli ; mais outre qu’il ſuppoſe à la pierre Tiburtine, ou Travertine comme on l’appelle par corruption, une blancheur qu’elle n’a pas, cette idée produite dans Dacier par la ſituation près de Tivoli qu’il donnoit à cette Maiſon, n’avoit plus d’a-


           Aratra nitantur meis
    Pecuſve Cablaris ante ſydus ſervidum
           Lucana mutet Paſcua
    Nec ut ſuperni Villa candens Tuſculi
           Circæ tangac mœnia
    Satis ſuperque me benignitas tua
         Ditavit. Haud paravero
    Quod aut Avarus ut Chremes, terra premam
       Diſcinctus aut perdam. ut nepos. Horat epod. 1.