Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/286

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plication dans le ſentiment de Sanadon qui la place bien loin de là. Le vrai & unique fondement de Candens, qui veut dire un blanc éblouiſſant, est le Marbre dont les Textes de Strabon rapporte dans la I. Partie, & celui de Juvenal cité quelques pages plus haut nous aprennent qu’on batiſſoit les belles Maiſons de Campagne. Telle étant cette expreſſion, on voit la preuve qu’elle fournit qu’il ne s’agit de rien moins que d’une Maiſon réélement poſſédée par Horace. Car outre le peu de gout qu’il y auroit eu à parler de ſa Maiſon de Marbre ; outre que s’il en avoit eu une de cette matière ſi diſtinguée, elle n’auroit laiſſé aucun lieu à des déſirs ultérieurs ; ce n’eſt pas une maiſon de la forme que cette matière ſuppoſe qui eſt ſuſceptible de l’agrandissement qui paroit exprimé. J’ai dit qu’on trouve encore d’autres preuves du ſens littéral que j’établis dans une foule de Textes ſemblables, où il n’eſt queſtion que de poſſeſſions de déſir ou d’exemple. J’en rapporterai un qui ſuplééra tous les autres. En modérant ma cupidité, dit Horace quelque part, je deviendrai plus riche que si j’étendois les champs de Mygdonius de tous ceux qui compoſèrent le roïaume d’Aliaticus.