Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/307

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’avons vu ; mais on ne comptoit encore du tems de Vitruve que les quatre Temples de Jupiter Olympien, De Diane d’Éphèse, d’Apollon de Milet, & de Ceres d’Éleuſis, qui fuſſent bâtis de cette riche matière. L’Architecte ancien avoit regrét que cette magnificence manquât à Rome au Temple de l’Honneur & de la Vertu, qu’il trouvoit un chef d’Œuvre de l’Art, ſur tout dans le vaſe qui reconnoiſſoit Marius pour auteur [1].

La manière également annonce, ce ſimple & ce noble qui caractériſa les bons ouvrages de la première antiquité : mais on y chercheroit en vain le recherché & l’élegant que le luxe ajouta au Goût.

  1. Quatuor locis sunt Ædium Sacrarum marmoreis operibus ornatæ dispoſitiones Epheſi Dianæ, Mileti Apollinis, Eleuſinæ Cereris, in Aſti vero Jovem Olympium. Ædes Honoris & Virtutis Marianæ Cellæ… id ſi marmoreum fuiſſet, ut haberet quemadmodum ab Arte ſubtilitatem ſic a inagnificentia auctoriratem in primis & summis operibus, nominaretur. Vitruv. præ. lib. VII. Le traducteur Italien fort eſtimé de Vitruve eſt tombé dans cet endroit dans l’erreur viſible de traduire Cellæ Marianæ par trophées de Marius, ce qui en a produit une ſeconde d’oter le Temple de l’Honneur & de la Vertu de la vraie place pres la porte Capène. Ces deux mépriſes ne ſont pas ſemblables pourtant à celle qui lui fait entendre Nemori Dianæ que nous avons vû n’être que la Diane du bois d’Aricie ; pour une Diane bois, comme il y avoit Un Jupiter éclair c’eſt lib. IV. cap. 7.