Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/308

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mais ſi aux deux égards que nous venons de dire le Temple n’eut que la beauté propre des ſiécles qui le virent conſtruire, on peut dire, qu’il n’en mérita pas moins la qualification de Beau à deux titres qui l’établiſſent pour tous les tems : ces deux titres furent ſa grandeur, & ſa richeſſe.


CV. Sa grandeur rééle & ſa grandeur apparente reſultant de beaucoup d’édifices conſtruits d’après un deſſein général.

D’après le premier on ne doit pas dire cependant vaguement & confuſément, ainſi que l’ont fait tous les Écrivains qui en ont traité que ce Temple remplit toute la place occupée par la Ville moderne de Paleſtrine, ou ce qui revient au même que toutes les ruines qu’on voit à Paleſtrine ſoient de cet unique Temple. Le célèbre Pierre de Cortone fit dans ce ſens ce Plan qu’on voit peint au Palais Baronal & que Kircher fit graver pour ſon Latium. Mais la plus part des parties de l’Édifice imaginé ſont fondées comme le Pendant qu’il donne à la magnifique ruine qui forme le Jardin de la Maiſon apelée la Villa du Prince qui n’a aucuns veſtiges & auquel le terrein se refuſa abſolument.

La vérité eſt que les ruines de Paleſtrine appartinrent à deux grands Temples