Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/320

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


D’après ces vues rien de plus raiſonnable que de placer leurs Chapelles dans ces ſituations qui leur auroient fait occuper une ligne commune avec les deux grands Temples. C’eſt au lieu conſacré à l’une ou à l’autre de ces Divinités, qu’il faut rapporter par conſéquent l’Antiquité que les Écrivains même ont ſi populairement qualifiée d’un Phare dont ils veulent que le Temple de la Fortune n’ait point manqué : dénomination uniquement fondée ſur une noir dont on pouroit aſſigner mille cauſes, mais entièrement écartée par la ſeule poſition de Préneſte à l’égard de la Mer qui ne la lui laiſſe voir que par un coin, & dans un éloignement de près de 40. Milles .

Le Temple de la Fortune ſur les ruines du quel on a pu bâtir la Cathédrale & le Séminaire dut avoir une grandeur pro-

    C’est l’ordre dans lequel ces divinités ſont nommées qui m’a fait pencher à croire que c’eſt l’antiquité appellée ſi mal le Phare qui étoit le Temple d’Apollon : ce Dieu au milieu des deux grands Temples auroit eu la ſituation la plus convenable à la qualité de Tutelaire qu’un autre Inſcription lui donne. Fortunæ primigeniæ Signum Appollinis tutelaris L. Elvius Felix Pater cum filio & Claudia Sabina Mater, apmi Grutter. pag. 77.