Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui engagent à en parler, je veux dire à Albe.


VI. Origine d’Albe précédée de celle de Lavinium.

L’Hiſtoire Romaine fait remonter ſon origine conſtante au fils d’Enée. Celui-ci aïant perdu Troïe ſa Patrie non pour avoir été empêché par les deſtins de la fauver, comme il le dit dans Virgile [1] ; mais comme l’aſſurent des récits plus deſintéreſſés, pour ne l’avoir pas fidélement ſervie, ou même pour l’avoir lachement trahie [2], laiſſa aux vents & aux Flots de lui en procurer une autre à lui & aux Compagnons de ſa fortune ; il en fût porté en Italie & il débarqua à l’embouchure du Tibre. Régardé dabord par Latinus dont cette partie reconnoiſſoit l’Empire, comme un étranger & comme un ennemi à repouſſer, il ne lui parut plus bientôt non ſeulement que, comme un hôte qu’on pouvoit recevoir, mais que comme un Gendre qu’on devoir ſe donner. Lavinie accordée à cet étranger avoir été promiſe à un Roi voiſin ; c’étoit Turnus Roi des

  1.                        Si Pergama dextra
    Defendi poſſent exiam hic defenſa fuiſſent.
          Æn. lib. III. v. 291.

  2. Lutatius non mode Antenorem ſed ipſum Æneam proditorem Patriæ fuiſſe tradunt, de orig. V. R. Hiſtoric. Latinorum. Tom. I. p. 597.