Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/350

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Je remarquerai, dabord touchant ce nouveau ſentiment que ni son premier Auteur, ni aucun de ſes Partisans ne ſe mirent nullement en peine de voir ſi le lieu qu’ils nommoient avoit ces Caractères de celui qui poſſéda véritablement la M. de C. d’Hor. que nous avons dit en être les ſeules vraies preuves. Ils ſe montrèrent manquer parlà des premières notions de la queſtion ; & d’après ce ſeul désaut leur Opinion pourroit n’être pas reçue à l’examen même. C’eſt avec raiſon pourtant qu’ils ne pensèrent pas à prétendre, que le lieu de Camporazio eut ces Caractères. La plus grande des inexactitudes, pût ſeule faire dire à Biondi que Camporazio eſt ſitué ſur les Monts de Préneſte, puiſque c’est aſsès avant dans la Plaine dans les confins de Paleſtrine, de Poli, & de Zagarole qu’on le voit. Ce lieu n’a point par-là le caractère que nous avons vu être le principal fondement de tous les autres. L’inutilité qu’il y auroit à y chercher la Digence d’Horace après la peine que nous avons eu de trouver le Véréſe dans toute la Campagne dont Camporazio n’est qu’un coin, ſe fait ſentir d’elle même. C’est