Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/352

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’être de la race de ceux qui avoient chaſſé les Rois [1]. C’eſt un Horace en effet que l’atroce Brutus fit ſubſtituer dans le conſulat qui ſuccéda immédiatement à la roiauté, à Collatinus qui lui avoit été donné dabord pour Collegue, parceque ſa qualité de Mari de Lucréce n’effaçoit pas ſuffiſamment à ſes yeux celle de parent des Tarquins. Horace Coclès le rendît à jamais mémorable dans la même époque : si ces Èques, que nous avons vu avoir tant & ſi íongtems fatigué la Puiſſance Romaine, reçurent enfin des coups véritablement mortels, c’eſt par un Horace encore ſurnommé Pulvillus qu’ils leur furent portés. Telle eſt la foule des Horaces que l’Antiquité nous préſente ; & il est remarquable que c’eſt de quelqu’un d’eux que notre Horace même dut emprunter ſon nom. Nous avons touché au ſujet des Afranchis de Cicéron le point des mœurs antiques, qui nous aprend que les perſonnes de race eſclave, portoient les noms des ceux par

  1. Nec minus ferociter M. Horatium Barbatum iſte in certamen (in X vires) X. Tarquinos eos appellans admonentemque Váleriis & Horatiis ducibus pulſos reges. Tit.liv. lib. III. num. 39.