Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/354

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cit de tels faits raproché de ce que j’ai dit du Païs des Èques, notamment de la langue qu’il pouſſoit entre Préneſte & Tibur juſqu’à Algide, rend ſenſible que ſi la première Victoire d’Horace Pulvillus fut dans le lieu, où j’ai montré Algide, le Théâtre de ſon ſecond grand exploit ne put être que vers celui qui s’apele Camporazio ; qui en effet ſe trouve ainſi que je l’ai dit, préſque vis-à-vis de Poli, c’eſt-à-dire, vis-à-vis l’endroit, où la chaîne des Montagne offre la ſeule ouverture par où on pouvoit regagner les Monts Èques ; que l’origine la plus naturelle du nom de Champ ou de Camp d’Horace fut, ou le Camp que cet Horace poſa vers cet endroit pour aſſiéger Corbion, ou le Champ qu’il laiſſa à la place de cette Ville par la deſtruction qu’il en fit. On aprend de ce trait ainſi que l’on voit, la vraïe ſituation de Corbion, que nul autre preuve ne nous montre. Je ne ſaurois deviner d’après quoi Holſténius put la placer à Rocca-Priora exclue par la ſeule fuite des faits que nous venons d’entendre, puiſque ce Bourg eſt plus vers Rome, que ne l’étoit Algide même.