Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Avoir ainſi éclairci l’origine du nom de Camporazio, c’eſt avoir oté toute ſa force à la première raiſon qu’on a prétendu en former. La ſeconde qui eſt tirée des textes qui nomment Préneſte doit être regardée comme aïant été detruite d’avance, dans tout ce qui a été dit dans la première Partie, des autorités d’Horace du même genre, qui s’eſt reduit à établir qu’elles ne prouvent que des voïages & des ſéjours & non des poſſéſſions. On peut ajouter cependant touchant les deux qui regardent Préneſte d’après le rang du Præneſtinum des Empereurs parmi les campagnes que nous avons vu qu’Auguſte aimoit à fréquenter, qu’il eſt probable qu’Horace s’y trouva ſouvent à ſa ſuite. La vie de Rome d’Auguste toute vouée à cette Félicité publique qu’Horace craignoit d’offenſer en l’interrompat par ſes ouvrages même [1] permetoit peu à ce Prince de ſatisfaire ſon gout connu pour la ſociété

  1. Quum tot ſuſtineas & tanta négotia ſolus
    Res Italas armis tuteris moribus ornes :
    Legibus emendes, in publica commoda pacem
    Si longo ſermone morer tua tempora, Cæſar.
                 Hor. lib. II. ep. 1.