Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/357

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Anciens parlent comme d’un caractère de la Sabine. C’eſt donc dans la Région ainſi nommée que la nouvelle opinion qui eſt la IV. nous tranſporte, du Latium où les trois premières nous ont retenu.

Ma méthode exigeroit que je commençaſſe par en donner l’idée ; mais outre que la place des notices qu’elle mérite, eſt dans l’endroit où pour aſſurer la qualité de Sabin au lieu découvert je devrai faire connoitre la Sabine antique, l’opinion que j’ai à réfuter formée d’après des idées vulgaires de l’état préſent, ne me donneroit véritablement matière de parler que des lieux modernes, à quoi je ne prodigue point ces mentions à part dont j’ai cru devoir enrichir mon ouvrage. Je paſſerai donc tout de ſuite à l’expoſition & à la réfutation de l’opinion.

« On voit, dit Biondi, ſur la gauche de l’Hymelle, le Bourg apelé Vacone de la Vacune dont parle Horace [1]. Cet auteur nomme enſuite

  1. Imelæ ſiniſtrorſum eſt, Villæ Propinquum Oppidum Vacunna appellatum cujus meminit Horatius ad Ariſt.

    « Hæc tibi dictabam Fanum post putre Vacunæ. Fl. Biond. Ital. illuſtr. Reg. IV. pag. 334.