Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/367

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


point vrai que ce ſoit la même chaîne de Montagnes qui s’étend depuis Pié-de-Luco juſqu’à Tivoli. J’ai obſervé que la chaîne de Pié-de-Luco se termine aux Monts qui enferment la Vallée de Farfa du coté de Rome, c’eſt-à-dire, aux Mont de la Fare : que la chaîne dont le Monts de Tivoli font partie, eſt celle qui eſt continuée à la droite, c’eſt à dire au Nord de Tivoli, par Monte-Gennaro, par Monte-Pennechio & par ces Monts qui font couler le Thurano juſqu’au Vélin par une Vallée ſi profonde. Cette chaine ainſi faite, du coté de Tivoli que je viens de dire , est bien éloignée de se terminer à cette Ville, elle continue du coté oppoſé non ſeulement juſqu’à Paleſtrine mais juſqu’à Anagni & à Ferentino . Mais passons à Biondi fa chaine qui paroit en effet en être une à la vue générale & contentons nous d’examiner la raiſon qu’il en tire. Son premier défaut eſt la ſingularité qu’il y eut de croire qu’Horace ait pu donner pour caractère de ſa poſſeſſion qu’il qualifie ainſi que nous l'avons vu de peu d’Arpens, une chaine qui l’eſt d’une des plus grandes Régions : mais un vice plus radical