Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/391

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ſeule ſelon le ſens de Volpi où, la multiplicité des M. de C. intéreſſoit la profeſſion de médiocrité.

Une telle exposition l’auroit du faire tenir ferme au moins pour ne reconnoitre pour Campagne Sabine que celle qu’il qualifoit de telle, bien qu’avec le jugement que nous verrons, qui étoit celle de Tivoli, & en effet elle lui fait déclarer, qu’il ne veut pas abſolument en reconnoitre aucune autre [1]. Mais la reſolution que ces paroles expriment ne fut pas ſans les reſtrictions peu différentes de ſon abandon. Il reconnut que Monte-libretti étoit le Mont-lucrétile ; en conſéquence de quoi s’il avoit raiſonné juſte il ne pouvoit ſe diſpenser de croire la M. de C. dans ce lieu, puiſque le Lucrétile en fut un caractère auſſi certain que ſensible ; d’autant plus qu’il reconnoit encore que ſi Monte-libretti ne ſervoit pas pour la perſonne d’Horace, il ſervoit pour ses Chèvres ; qu’il s’y rendoit lui même quelque fois ; & que c’eſt là qu’il invitoit Tyndaris [2]. Le

  1. Neque duplicem Sabinam Horatii Villam admittere volumus. Id. ibid. pag. 300.
  2. Sunt qui conſtituant (Villam Hor.) in vicinia Sa-