Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/463

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


voit été dabord qu’un bois, dont le Citoïen Académus avoit fait don à la Philoſophie. Elle n’en eut pas plutôt pris poſſeſſion par le Secte qui modéra un peu la rigueur de celle du Pecile, que Cimon pendant ſon adminiſtration, s’empreſſa de le rendre digne d’elle, en l’ornant avec la plus grande magnificence. L’autorité publique de cette Ville, qui à ces traits ſeuls, ſe fait bien reconnoitre pour la Mère des Sciences ainſi que l’antiquité la qualifia, en uſa de la même manière à l’égard du Lycée, ainſi appelé d’Apollon Lycien auquel il étoit conſacré, deſ-que une troiſième Secte fameuſe, s’y fut cantonnée. Elle le distingua notamment par des ſuperbes Avenues, qui furent occaſion du nom des Péripathéticiens qu’on donna à ceux qui y philoſophoient parcequ’ils le faiſoient en ſe promenant ce qui en grec veut dire Πεϱιπατειν. Si Athènes regarda avec une telle conſidération les trois lieux que nous venons de nommer, qui n’étoient que des Écoles pour aquérir le mérite, à plus forte raiſon dut-elle faire le plus grand cas du quatrième, c’eſt-à-dire, du Prytanée . On juge clairement que c’étoit un Tribunal