Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pû avoir pour cauſe l’emiſſaire ancien, qu’on ne regarda que comme perfectionné par le nouveau.


XVIII. Mont d’Albe Source des deux Lacs. Son nom moderne de Monte-Cavo.

Les accidens au reſte, auxquels il fût beſoin de pourvoir par l’emiſſaire avoient leur cauſe dans le Mont imminent d’Albe très-indiquée en quelque ſorte par le nom moderne de Monte-cavo qu’on lui a donné. Il annonce la grande fabrique d’eau qu’il renferme par le nuage épais qu’il eleve & dont il ſe couvre à la moindre de ces diſpoſitions de l’air qui produiſent la pluye, dont il eſt le plus aſſuré meſſager. On appelle ce nuage pour cette raiſon dans le Païs il Capellaccio c’eſt-à-dire le laid chapeau de Monte-cavo. Si ce n’étoit l’Émiſſaire un ſi immenſe réſervoir fourniroit les deux Lacs ſouvent non ſeulement avec abondance, mais avec excès.


X. Quartier particulier du Vin d’Albe antique.

J’ai dit que la Campagne propre d’Albe étoit tout ce qui entouroit le Lac. Les Anciens notamment Denis la peignent comme également propre à fournir d’abondantes moiſſons & des vins exquis. Le premières couvroient plus volontiers les parties qui étoient en face & à droite : ce n’étoit que de ce côté là en effet qu’on pouvoit donner l’eau du Lac de la manière que