Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous avons entendu dire à l’Hiſtorien Grec qu’on le faiſoit. L’expoſition au midi de la gauche étoit plus favorable à la Vigne. C’étoit là que venoit ce vin d’Albe que les anciens dirent ne l’avoir cedé qu’au Falerne[1], ce qui exige un éclairciſſement. Tout ce côté est planté de Vignes, dont les vins ſont communément aſſez bons. Mais il n’eſt que celles qui ſont dans la partie de Genſano, qui en donnent un d’un prix capable de répondre à la célébrité de l’Albe antique. On ne doit pas douter en conſéquence que cette partie n’en ait été le vrai crû. Il n’y a à cette conjecture qu’une difficulté qui eſt que d’après ce que j’ai dit même la partie de Genſano appartenoit antiquement non à Albe, mais à Nemus, & par lui à Aricie. Mais elle ſe reſout aiſément en diſant, que par la raiſon que tout ce Païs avoit été originairement d’Albe, que les Villes baties autour d’elle n’en avoient été que des démembremens tout le Canton fût appellé en général les Coteaux, ou les champs d’Albe. La célébrité ſeule du vin en queſtion aura été

  1. Ἀλϐανον οἶνον… ἒξο τᴕ̃ Φαλερνȣ… ἀπαντων διαφορωτατον. Dion. lib. I. 54