Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de Diane qu’elle leur avoit fait élever dans ſon Fore même, à l’exemple du Temple de la Diane d’Épheſe effet des vœux communs de toutes les Villes de 1’Aſie mineure : mais le lieu lui donnoit trop d’occaſion de ſe déceler. On en peut juger par le trait racconte par Tite-live d’un Sabin, qui y étoit venu pour y ſacrifier une victime dont on n’avoit jamais vu la ſemblable. Oſeras tu l’offrir impur comme tu es, lui dit le Romain qui préſidoit au Temple ? Le bon Sabin prenant cette parole pour une monition religieuſe n’eut rien de plus preſſé que de courir au fleuve pour s’y laver : mais à ſon retour il trouva ſa belle victime offerte & ſacrifiée par le Romain même, fort loué des ſiens d’avoir ravi à l’étranger l’honneur d’un ſacrifice ſi diſtingué [1]. Un temple du Dieu le plus redouté & dans un lieu également reſpecté & chéri des Latins parut tout autrement propre aux fins qu’on se propoſoit. Cela fit jetter les yeux ſur le temple de

  1. Rex petit (Servius) ut Romæ fanum Dianæ populi Latini cum populo Romano facerent, ea erat confeſſio caput rerum Romara eſſe… Bos miranda & magnitudine & ſpecie… fixa in veſtibule per multas ætates cornua… quid nam hoſpes inceſte paras… Religione tactus… deſcendit ad Tiberim… interea Romanus immolat bovem. Tit. Liv. I. n. 45.