Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ple au Mont ſacré [1]. Des Auteurs notamment Rollin parlent d’un quatrième jour ajouté aux Féries à l’occafion d’une autre Paix fous la Dictature de Camille, mais c’eſt pour n’avoir pas pris le ſens d’un Texte de Tite-Live qui parle d’un IV. jour ajouté à trois jours ordinaires [2]. Nous ſçavons par un autre Texte de cet Auteur ce que c’étoit que le Triduum dont il parle, & qu’il étoit différent des Féries. Une grande Peſte, dit-il, ravageant la Ville & la Campagne les Decemvirs ſacrés, ordonnèrent la ſuplication de trois jours, ſuivie, ajoute-t-il, de la célébration des Féries-Latines [3]. Le Triduum chez Tite-Live eſt donc ce qui eſt ſi connu dans l’Hiſtoire Romaine ſous le nom de Suplication. La ſuplication s’apeloit Triduum du nombre des jours qui lui avoit été aſſigné d’a-

  1. Προσθεῖσα (ἡ βȣλῆ) μιαν ἡ μεραν λατιναις ἑορταις δυσιν ὂυσαις. την μεν ϖροτην ανιερωσαντος βασιλεως Ταρϰυνιȣ, την δ’ ἑτεραν τȣ δημȣ ϖροσθεντος, ὅτε τȣς βασιλης ἐϰϐαλων ελευθεραν την πολιν εποιȣσεν. ἆις ἡ τριτη ϖροσενεμηθῇ της ϰαθοδου τῶν αποϛατων ἕνεϰα. Dion. Hal. lib. VI. p. 415.
  2. In concordiam redactis ordinibus… Dies unus ad Triduum adjiceretur. Liv. lib. XLV. n. 3.
  3. Supplicatio ex XVir. decreto pro valetudine populi per Triduum quia gravis peſtilentia Urbem Se Agros vaſtabat. Ibid. lib. XXXVIII. n. 44.