Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bord. Elle perdit ſon nom par les accroiſſemens qu’elle reçut enſuite lorſqu’aïant moins pour objet les Dieux à qui elle s’adreſſoit que les particuliers pour les exploits de qui on l’ordonnoit, ſon honneur conſiſta dans le nombre des jours, qu’on lui aſſignoit. Elle n’étoit encore que de cinq jours du tems de Paul-Émile [1]. Mais celle pour Marius & pour Pompée, fut de dix : Cicéron réleve beaucoup celle de quinze qu’il avoit accordé aux exploits de Céſar dans les Gaules [2] ; elle n’étoit rien cependant auprès de celle de Voïez I. Part. texte note (n) p. 55.50 dont nous avons vû qu’il voulut qu’on honnorat les prémiers ſuccès contre Antoine. Tel aïant été le Triduum augmenté d’un quatrième jour ſous Camille on voit qu’il n’eut rien de commun avec les Féries. Il est rémarquable en effet qu’après l’époque de ce Triduum, une indication des Féries qui nomme les jours qu’elles devoient ſe célébrer n’en marque que trois, qui étoient le IV. III. & II. ou veille des Texte note (n) p. 55.Ides c’eſt-à-dire le 10. 11. & 12. de Novembre.

  1. Ob rem egregie geſtam a L. Emilio in 5. dies circa omnia pulvinaria decrevit. Ibid. lib. XLV. n. 2
  2. Supplicationem decrevi 15. dierum etſi Reip. ſatis erat, quot C. Mario… l0. dierum. Cic. pro prov. Conſ. n. 26.