Page:Crépet - Charles Baudelaire 1906.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





IX



L’accueil fait aux Fleurs du mal par le public lettré semblait ouvrir à Baudelaire une carrière nouvelle. Les directeurs de revues et les éditeurs allaient se disputer ses manuscrits, le solliciter de produire avec un redoublement d’activité.

Quelques jours après son procès, le Présent [1], auquel il avait donné précédemment plusieurs poésies, publiait, sous ce titre, Poèmes nocturnes [2], six mor-

  1. Un billet inédit d’Asselineau à Monselet explique : « L’histoire de notre arrivée au Présent est un fait assez comique : c’est Baudelaire qui nous y entraîne tous pour faire pièce à la Revue Française qu’il a prise en exécration depuis que Morel a retardé mon article sur les Fleurs… On paie quatre sous la ligne au Présent, on attend un peu, mais il paraît que ça se tire. Les intrigants tels que Baudelaire et Barbara arrivent à des avances de 200 francs. — Du reste, gens polis et bien élevés… »
  2. Deux ans plus tôt, les deux premiers spécimens de cette série nouvelle avaient paru dans un petit livre intitulé : Fontainebleau, paysages, légendes, fantaisies. (Paris, Hachette, 1855.) La publication de cette série se poursuivit, à des intervalles irréguliers, de 1857 jusqu’en 1867, dans le Présent, l’Artiste, la Presse, la Revue de Paris, le